Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

 

Denis Dailleux. Ghana - We shall meet again © Denis Dailleux - agence VU'.

Le prix Roger Pic 2019, 27ème édition, vient d'être décerné. Deux lauréats ex-aequo : Denis Dailleux pour In Ghana - We shall meet again et Tomas van Houtryve pour Lines and Lineage. Deux photographes de la veine humaniste aux œuvres poétiques aussi puissantes que différentes, explorant l’appartenance d’un peuple à un territoire et à une identité, dans l’éloge de leur dignité.

Créé en 1993 par Roger Pic, grand reporter, militant des droits d'auteur et réalisateur, le Prix Scam du portfolio photographique deviendra le Prix Roger Pic au décès de celui-ci en 2001. Il est attribué à un photographe professionnel dont le portfolio documente le réel et interroge notre humanité avec singularité. L’Association Scam Vélasquez offre 5 000 € à chacun de ces deux lauréats. 

Denis Dailleux. Ghana - We shall meet again © Denis Dailleux - agence VU'.

L'empathie de Denis Dailleux (Angers, 1958) l’a amené à travailler le portrait comme mode de figuration de ceux dont il a le désir d’approcher davantage ce qu’ils sont. Il est membre de lʼAgence VUʼ (Paris). Les galeries Camera Obscura (Paris), 127 (Marrakech) et Peter Sillem (Frankfurt) présentent son travail. Voici ce qu'il dit de son travail relatif à In Ghana - We shall meet again : " Depuis quelques années maintenant, je voyage régulièrement au Ghana, un pays découvert grâce à l'ouvrage de Paul Strand Ghana : an african portrait, et dont j’ai fini par rêver les images. Lors de mes premiers voyages, le quartier de Jamestown s’est imposé à moi comme lieu central de mon travail. Situé au bord de la mer, ce quartier historique abrite le port de pêche d’Accra, la capitale ghanéenne. Cette petite bande de sable, coincée entre mer et ville, semble également prise entre tradition et modernité".  www.denisdailleux.com

Nous avions souligné son travail lors de sa participation à l'exposition Chercher le garçon au MAC VAL au printemps-été 2015. "Les six photographies de Denis Dailleux Mère et fils, ce fils bodybuildé et torse nu, dans un abandon total, posant tendrement à côté de sa génitrice. Naturellement, la femme est la mère devant laquelle son fils est en admiration. Œdipe tu nous tiens !!!". www.lecurieuxdesarts.fr/2015/04/les-garcons-se-

Tomas van Houtryve, Lines and Lineage, diptyque © Tomas van Houtryve - galerie Baudoin Lebon - VII.

Tomas van Houtryve (1975), photographe documentaire et artiste conceptuel, mêle journalisme d’investigation, philosophie et métaphore. Ses projets remettent en question les notions d’identité, de mémoire et de relation entre individu et État. Membre de l’Agence VII depuis 2010, la galerie parisienne Baudouin Lebon présente son travail. Lines and Lineage, son portfolio pour lequel il a été primé, confronte l’amnésie collective américaine à son passé mexicain au Far West. Si le Mexique a régné sur ce vaste territoire, entre Californie, Wyoming et Texas, durant la première moitié du 19e siècle, il n’existe aucune documentation photographique de cette période. Pour imaginer ce à quoi l’Histoire aurait pu ressembler, Tomas van Houtryve a photographié sur plaques de verre les paysages de cette première frontière entre les États-Unis et le Mexique, et fait les portraits de descendants de ces premiers habitants. tomasvh.com

© Laetitia Vançon - At the end of the day

At the end of the day, le portfolio de Laetitia Vançon (1979, Toulouse), a été remarqué. Le travail de cette artiste qui a commencé la photographie en autodidacte en 2013 -après avoir été ingénieur chimiste-, témoigne souvent au plus près de l’intime. Elle révèle combien, malgré les différences de cultures et de traditions qui les séparent, les communautés humaines se reconnaissent et se rassemblent autour de moments simples, de petits riens. Son portfolio est le portrait d'un territoire - les Îles Hébrides extérieures, non loin de l'Écosse - vu à travers le prisme de sa jeune génération. Comment y vivre, y travailler, s’épanouir de manière durable ? Les jeunes les quittent mais sont inlassablement ramenés vers celles-ci. Par attachement mais aussi par peur de l’inconnu.

 

Le jury était composé de la photographe Jane Evelyn Atwood prix Roger Pic 1996, Florence Drouhet directrice artistique de Festival Photo La Gacilly, Fabienne Pavia fondatrice de la maison d'édition Bec en l'air, des photographes Thierry Ledoux président de la commission des images fixes de la Scam, Gérard Uféras et Bénédicte Van der Maar photographe et du réalisateur de cinéma Guy Seligmann qui fut président de la Scam de 2007 à juin 2011.

Gilles Kraemer (d'après le communiqué de presse)

Le travail de ces trois artistes sera visible, du 11 juin au 25 octobre 2019 à la Galerie de la Scam (Société civile des auteurs multimedia) au 5, avenue Vélasquez à Paris. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article