Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

 

Peter Lindbergh devant sa photographie Alberto Giacometti Femme debout (Poseuse II), 2017 © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2019.

 Ils ne se sont jamais croisés, le sculpteur, peintre, graveur et lithographe Alberto Giacometti (1901-1966) et le photographe Peter Lindbergh (1944, Lezno). Confrontation dans ce "saisir l'invisible" comme le souligne le titre de cette exposition dont Serena Bucalo-Mussely est la commissaire. Dans cet endroit si intime de l'Institut Giacometti, confrontation des regards du photographe et de celui du sculpteur. Sélection choisie par le photographe de dessins, plâtres et bronzes d'Alberto qu'il a mis en dialogues avec ses photographies de "stars" et des statues d'Alberto. Connivence entre le photographe de mode, marqué par le noir et blanc et la figure et le sculpteur interrogateur du corps en déplacement ou figé.  

 

Sur le mur, photographies de Peter Lindbergh Alberto Giacometti Têtes et bustes de Diego, 2017 & Alberto Giacometti Bustes de Diego, 2017. Au premier plan, sculpture de Diego Giacometti, Homme au blouson, 1953, bronze © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2019.

Dialogue intimiste entre Lindbergh qui ne recadre jamais une photographie ou presque jamais, "recadrer ne me correspond pas", pour lequel le regard est fondamental comme porte d'accès à l'âme. Pour le sculpteur pour lequel l'œil est au centre de la représentation. "Un portrait n'est jamais la personne. Ce que vous saisissez c'est la relation avec la personne que vous photographiez. C'est un échange et c'est ce qui se retrouve dans l'image" souligne Peter Lindbergh.

 

Sur le mur, photographies de Peter Lindbergh, 1997. Dans la vitrine, dessins d'Alberto Giacometti © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2019.

 

Au premier plan, Alberto Giacometti, Annette debout, vers 1954, bronze © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2019.

Alberto, Peter est venu à sa rencontre. "C'était fantastique [...] je pensais que mon cœur allait exploser, c'était vraiment un moment magnifique" dit-il en songeant à toutes ses sculptures, ses bronzes et ses plâtres qu'il a photographiés, disposés sur un tissu sombre froissé. Il a conçu une mise en scène de l'espace dans le placement des sculptures de Giacometti si attaché à la dimension de la statue et à son positionnement dans l'espace autour d'elle. Une respiration. Des immenses photographies de sculptures aux détails très agrandis dans lesquelles nous plongeons poétiquement à la rencontre d'Annette, de Diego, de Paola...

Gilles Kraemer

 

Peter Lindbergh, Alberto Giacometti Homme qui marche I, 2017. Au fond, sculpture d'Alberto Giacometti, Grande tête mince, 1954, plâtre peint © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2019.

 

Peter Lindbergh © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2019.

 

Alberto Giacometti - Peter Lindbergh. Saisir invisible

22 janvier - 24 mars 2019

Commissariat Serena Bucalo-Mussely

Internet www.fondation-giacometti.fr

Plaquette remise aux visiteurs

Catalogue sous la direction de Serena Bucalo-Mussely. 112 pages. Éditions Fondation Giacometti, Paris & Fage, Lyon. Prix 24 €.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article