Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer & Antoine Prodhomme

Première édition de Fine Arts Paris, créé par la Société du Salon du dessin, organisatrice du salon éponyme, avec le  soutien de la société Paris Tableau. Grand succès pour cette édition - 7 au 12 novembre 2017 -, au Palais Brongniart qui réunissait 34 marchands.

Claude Vignon (Tours 1593 - 1670 Paris), Saint Pierre et Saint Paul. Huile sur toile. 116,5 x  89 cm.. Datée 1633 en bas à droite. Sur le livre ouvert on lit : PETRE AMAS ME. / PASCE OVES MEAS. Provenance : peut-être l’un des deux Saint Pierre et Saint Paul cités dans l’inventaire des biens de Claude Vignon en 1643 (Bassani, MC 104, p. 548, n° 86, prisé 30 L.) ou celui possédé, selon Guillet de Saint-Georges, par M. Petré, écrivain (Bassani, MC 105, p. 548). Remerciements Eric Coatalem, Paris.
Claude Vignon, probablement élève de l’atelier Jacob Bunel (1558- 1614), fait son premier séjour à Rome en 1609 où il rejoint d’autres peintres français comme Simon Vouet ou Valentin de Boulogne. Daté 1633, ce tableau est une découverte majeure de la production parisienne de l’artiste. Cette composition frappe par le contact direct qui s’établit avec le regard pénétrant des deux saints. Leurs pupilles noires nous exhortent, aidées des index pointés, à lire le livre ouvert dans les mains de saint Pierre. La composition resserrée, centrée sur les visages et les mains, le raccourci du premier plan et la lumière enveloppante confèrent aux deux figures une rare intensité, accentuée par la vivacité des coloris des manteaux. 
 
Fort de ce succès, seconde édition, cette fois-ci au Carrousel du Louvre - j'espère que l'atmosphère intime de la Bourse se retrouvera dans les sous-sols du Louvre surtout que la 7e édition de Fotofever Paris, foire internationale de photographie contemporaine se tient au même endroit, aux mêmes dates -, avec 43 marchands, de Didier Aaron déjà présent l'année passée à Univers du bronze participant pour la première fois. En passant par la galerie Les Enluminures - première participation -, proposant de somptueux Livres d'heures et un Roman de Troie, en prose française enluminé sur parchemin, sud des Pays-Bas, probablement Bruxelles, vers 1450-60, avec 17 grandes miniatures du Maître du Girart de Roussillon et son atelier. Ou le néerlandais Lorenz Van der Meij Fine Arts - première participation - défendant la peinture scandinave, allemande et hollandaise. Ouvert sur la peinture, la sculpture et le dessin (Édouard Ambroselli,  de Bayser avec une aquarelle de Guillaume Dubufe)  hormis les arts décoratifs et le mobilier. Participation de marchands, juste de retour de la 3e TEFAF New York Fall (27-31 octobre 2018) tels Didier Aaron, Eric Coatalem ou Talabardon & Gautier.  
 

 

E. Fos (circa 1890) Vue de la salle de la Vénus de Milo au Louvre. Huile sur toile, 61,5 x 49,5 cm Signé en bas à droite : E. Fos. Remerciements Galerie Charvet, Paris. Dix-sept nouveaux marchands. D'Annisabelle Berès présentant une artiste italienne peu connue en France, Dadamaino (1930-2004) qui eut une exposition au Consortium de Dijon en 2013. Ou la galerie Charvet, absente des salons depuis plusieurs années, avec une Vue de la salle de la Vénus de Milo au Louvre par E. Fos (vers 1890). 

 

 

 

Niccolò Codazzi et pour les figures, Domenico Piola, Le lavoir. Huile sur toile. Provenance : Probablement Gênes, collection de Francesco Maria Spinola (1675-1727), dans son inventaire de 1727France, collection particulière.  Bibliographie : Inédit. Remerciements Galerie Canesso, Paris.  

Le galeriste Maurizio Canesso présente trois importantes toiles de Niccolò Codazzi (Naples 1642-1693 Gênes) et pour les figures, Domenico Piola (Gênes, 1627-1703) Fils du peintre baroque d’architecture Viviano Codazzi (1604-1670), il assistera son père dans l’atelier avant de faire une carrière indépendante, toujours avec des vues d’architecture, plus ou moins réalistes animées de petites saynètes pour lesquelles il collaborait avec des peintres de figures. Ces trois magistrales compositions,  de même dimension (144 x 114,3 cm.),  sont des œuvres tardives de Niccolò Codazzi, exécutées alors qu’il se trouve à Gênes, à son retour de France en 1682. Toutes centrées autour du motif de l’eau, elles alternent les registres passant du sujet historique (Le Baptême de Constantin) à la scène de la vie quotidienne (Le Lavoir) à un sujet mythologique (Une Bacchanale).

Pierre Patel (Picardie circa 1605 - Paris 1676) Paysage avec une ruine antique et une grosse tour . Huile sur toile. 59,6 x 81 cm.. Provenance : sans doute Ange-Laurent de La Live de Jully (1725-1779); sa vente, Paris, 2 mai 1770, lot 40, comme «Pierre Patel le Vieux et F. Boucher»; William, deuxième comte Harcourt (1908-1979), Nuneham Park, Oxfordshire; Christie’s, London, 11 juin 1948, lot 151; Mario dei Fiori Gallery, Rome, 1970 ; Italie, collection privée, depuis 1978. Remerciements Galerie Eric Coatalem, Paris. 
Durant ses premières années à Paris, Pierre Patel fréquente la "colonie" franco-flamande de Saint-Germain des Prés. Il rejoindra plus tard l’atelier de Simon Vouet en tant que chargé des paysages, où il rencontrera notamment Eustache Le Sueur. C’est en compagnie de ce dernier qu’il participera aux décors de l'hôtel Lambert, entre 1645 et 1655. Il travaillera pour la Couronne et Anne d’Autriche.  La composition de ce tableau est typique de ses œuvres. Une grande ruine domine la partie gauche, des colonnes de style corinthien s'élèvent depuis la base de l'édifice, soubassement sur lequel des bas-reliefs sont finement sculptés. L’ensemble architectural domine une scène pastorale; au lointain se distingue une tour dominant la cime des arbres. 

Gilles Kraemer & Antoine Prodhomme

 

 

Fine Arts Paris

Carrousel du Louvre - Paris

7 - 11 novembre 2018

finearts-paris.com

 
 
Le parcours hors-les-murs lancé pour la première fois cette année par FINE ARTS PARIS, en partenariat avec les musées et institutions, sera consacré à la sculpture.
Le musée des Beaux-arts d’Orléans et le musée Girodet de Montargis s’associent le temps du salon pour présenter la diversité de l’œuvre de Henry de Triqueti (1803-1874), un peintre devenu célèbre comme sculpteur. Les deux établissements, légataires de la fille de l’artiste, Blanche Lee Childe, conservent une grande partie du fonds d’atelier dont ils exposeront des morceaux choisis.
Forts de leur expérience avec la Semaine du dessin qui fédère près de 30 musées et institutions autour du Salon du dessin, les organisateurs ont souhaité avec la Semaine de la Sculpture, remettre à l’honneur le patrimoine sculptural réparti dans les nombreux musées parisiens mais aussi omniprésent dans son urbanisme et ses monuments. 
Le Petit Palais inaugure sa nouvelle galerie de sculptures le 7 novembre. Une trentaine de sculptures ont été choisies, démontrant la diversité des sujets de la sculpture sous la Troisième République, par ailleurs sujet de la Journée d’études qui se déroulera le 7 novembre. finearts-paris.com/evenements/
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article