Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Exposition Josef Albers in Messico à la Collezione Peggy Guggenheim, à Venise, dans le temps de la 16e Mostra Internazionale di Architettura 2018 - une des meilleures, sinon la meilleure et la plus pertinente qu'il m'est été donné de voir, placée sous le thème FREESPACE selon ses commissaires Yvonne Farrell et Shelley McNamara.

Josef Albers, Variante/Adobe. Mur orange - Fronte arancione - Orange front, 1948-1958. Huile sur masonite. 59,6 x 68,5 cm.. The Solomon R. Guggenheim Foundation, donation, The Josef and Anni Albers Foundation, en l'honneur de Philip Rylands pour son perpétuel investissement en faveur de la Collezione Peggy Guggenheim © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise. 

Come sempre, la qualita e la presentazione delle mostre al palazzo Venier dei Leoni è un grand momento. Le seul défaut, mais vite oublié du peu d'ampleur des salles et n'offrant pas de belles hauteurs de plafond, est largement compensé par leur disposition permettant des croisements, des raccourcis et des dialogues de regards entre les œuvres exposées. Superbe accrochage, tiré au cordeau, quoi de plus normal.

Vue de l'exposition Josef Albers in Messico. De gauche à droite Naître, décembre 1940. Huile sur masonite. 70,8 x 59,1 cm.. Solomon R. Guggenheim Museum, New York -- A Mitla, 1940. Huile sur masonite. 53,3 x 71,1 cm.. The Josef and Anni Albers Foundation -- Au fond, dans la salle suivante Abstraction sans titre, vers 1940. Huile sur papier. 49,9 x 71,1cm.. The Josef and Anni Albers Foundation © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise.

Vue de l'exposition Josef Albers in Messico. Étude pour Santuario, vers 1941-1942. Encre sur papier. 43,2 x 55,9 cm.. The Josef and Anni Albers Foundation © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise.

Depuis 1933, Josef Albers (Bottrop, Allemagne 1888 - 1976 New Haven, Connecticut) et son épouse Anni enseignaient au Black Moutain College en Caroline du Nord, suite à la fermeture par les nazis du Bauhauss en Allemagne où ils professaient. Durant l'hiver 1935-1936, ils visitent pour la première fois le Mexique, "un pays inspirant pour l'art, comme nul autre" comme l'écrivait Anni à Vasily et Nina Kandinsky en 1936. Pour Albers, "le Mexique est vraiment la terre promise pour l'art abstrait".

Vue de l'exposition Josef Albers in Messico. Mitla, 1956. Stampe alla gelatina d’argento e cartoline, montate su cartoncino / Gelatin silver print. 17,7 x 12,7 cm.. The Josef and Anni Albers Foundation © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise.

Ils y retournerons 13 fois, jusqu'en 1965, développant une passion pour l'art, les motifs et l'architecture précolombienne. Ses peintures de petit format et les photographies de Josef présentées à Venise - cette pratique de la photographie est une réelle découverte, une révélation et pourrait constituer à elle seule une exposition - en rendent compte. Le regard des Albers se portera aussi vers d'autres pays de l'Amérique latine, le Pérou et le Chili.

Vue de l'exposition Josef Albers in Messico. Carton d'invitation pour l'exposition de Josef Albers au siège du journal El Nacional à Mexico, 15 au 25 août 1936 © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise.

Vue de l'exposition Josef Albers in Messico, salle Variante/Adobe. De gauche à droite Journée lumineuse, 1947-1952. Huile sur masonite. 27,9 x 54,6 cm.. The Josef and Anni Albers Foundation -- Orange-rouge entouré de quatre gris, 1947-1952. Huile sur masonite. 39,4 x 69,2 cm.. The Josef and Anni Albers Foundation -- Variante/Adobe, 1947-52. Huile sur masonite. 44,5 x 57,5 cm.. Solomon R. Guggenheim Museum, New York © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise.

Ils découvriront, en voiture, avec les parents d'Anni ou des amis, les sites de Monte Albán et Mitla, Uxmal et Chichén Itzá, ceux de la vallée de Mexico Teotihuacán et Tenayuca. Ils rapporteront de leurs différents voyages une collection de plus de 1 400 sculptures et céramiques précolombiennes. Comme le précise Lauren Hinkson dans son texte dans le catalogue, cette fascination pour cette civilisation leur venait des objets précolombiens qu'ils étudièrent dans les musées allemands. Ce tropisme mexicain poussera Josef à enseigner, pour une brève période en 1949, à l'Universitad Nacional Autónoma de México à Mexico mais, comme le souligne la commissaire "ils ne se laissèrent pas tenter par les idées révolutionnaires politiques émergeant dans les années trente et quarante". Ce qui les intéressait ? Uniquement l'architecture et les objets précolombiens, un œil seulement de touriste. Guère aventureux, ils ne visitaient que les sites accessibles en voiture.

Vue de l'exposition Josef Albers in Messico. Photographies de Tenayuca sur le mur de gauche -- Sur le mur de face Tenayuca I, 1942. Huile sur masonite. 50,8 x 90,8 cm.. The Josef and Anni Albers Foundation © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise.

Vue de l'exposition Josef Albers in Messico. De gauche à droite Aperto (b), décembre 1940. Huile sur masonite. 50,5 x 49,8 cm.. Solomon R. Guggenheim Museum, New York -- Biconiugato, 1943. Huile sur masonite. 44,3 x 82, 3 cm.. Solomon R. Guggenheim Museum, New York -- Tautonimia (B), 1944. Huile sur masonite. 40,6 x 61 cm.. The Josef and Anni Albers Foundation © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise.

Vue de l'exposition Josef Albers in Messico, salle de Hommage au carré © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise. 

Après avoir été présentée cet hiver au Solomon R. Guggenheim Museum de New York, cette exposition, en huit sections, se focalise sur le complexe religieux de Mitla, celui de Monte Albán le principal centre gouvernemental de l'administration de la civilisation zapotèque que les Albers fréquentèrent de nombreuses fois, la double pyramide de Tenayuca, les ruines de la ville maya Chichén Itzá, Teotihucán visité dès 1935-1936, l'architecture des maisons rurales de la région d'Oaxaca, Uxmal pour se clore sur l'hommage au carré.

Un parcours tout en architecture, à la gloire de l'architecture, sur sa passion du Mexique permettant de regarder différemment ce peintre surtout connu pour être celui du "carré". Et d'appréhender cet artiste théoricien et professeur, dans son expression géométrique et le rapport des couleurs découlant du regard porté sur la civilisation de l'ancien Mexique dans sa série Variante/Abode (1946-1966) autour des murs et des fenêtres des demeures mexicaines forte de 250 numéros et Hommage au carré (1950-1976) point culminant de ses interrogations sur les rapports entre les couleurs. Ne dirait-on pas une pyramide vue du ciel ?

Gilles Kraemer

Déplacement et séjour personnels à Venise

Josef Albers in Messico

19 mai - 3 septembre 2018

Collezione Peggy Guggenheim - Venise - Venezia

Commissariat de Lauren Hinkson

Catalogue dans un agréable format tout en hauteur. 160 plages. Textes Rovine a rovescio. Josef Albers in Messico de Lauren Hinkson, Quadrati voraci. Josef Albers al centro della piramide de JoaquÍn Barriendos, La vericità nell'arte de Josef Albers (texte prononcé le 11 décembre 1937 à l'Havard Graduate School of Design, Cambridge, Massachusetts). Éditions Guggenheim Museum Publications.

Cette exposition fut présentée au Solomon R. Guggenheim Museum, New York, du 3 novembre 2017 au 4 avril 2018.

 

Exposition rétrospective Anni Albers à la Tate Modern de Londres, du 11 octobre 2018 au 27 janvier 2018

 

Autre exposition actuellement à la Collection Peggy Guggenheim. 1948: la Biennale di Peggy Guggenheim. 25 mai - 25 novembre 2018. Commissariat de Gražina Subelyté

Vue de l'exposition 1948: la Biennale di Peggy Guggenheim, maquette du Pavillon © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise.

Commémoration du 70e anniversaire de la présentation de la collection de Peggy Guggenheim à la XXIVe Biennale de Venise, dans le pavillon de la Grèce aux Giardini, pays non présent cette année là pour fait de guerre civile. Dommage qu'un catalogue n'ai pas été publié. Il faudra lire les articles de la presse de 2018 ainsi que ceux de 1948. Ne restera que le souvenir de cette exposition-hommage recréant l'ambiance de ce pavillon à travers des documents, des photographies, des lettres, des œuvres et surtout l'exceptionnelle maquette d'Ivan Simonato reconstituant les espaces et la mise en scène de l'architecte vénitien Carlo Scarpa. Cette collection offrait un panorama sur l'art contemporain avec le cubisme, le futurisme, le surréalisme et surtout l'expressionnisme abstrait étasunien. Il s'agissait des débuts de Jackson Pollock en Europe et de William Baziotes, Mark Rotko et Clyfford Still. Pour la première fois, Jackson Pollock était présenté à Venise avec 5 tableaux sur les 11 de la collection de Peggy.

 

Gražina Subelyté © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2018, Collection Peggy Guggenheim, Venise.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article