Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Gilles Kraemer

Déplacement et séjour à titre personnel à Florence

Une sélection d’œuvres de la maturité de Pontormo. "Rencontres miraculeuses", pour le plaisir de quelques happy few, dans une confrontation fantastique, un dialogue entre dessins et tableaux de Jacopo da Pontormo (Pontorme, Empoli 1494 - 1557 Florence), auquel s'ajoute une mini rencontre avec Agnolo Bronzino (Florence 1503-1572). Sept Pontormo. Deux Bronzino.

 Jacopo da Pontormo (Pontorme, Empoli 1494 - Firenze 1557), Ritratto di Alabardiere (Francesco Guardi ?), 1529-1530 circa. Huile sur toile précédemment sur bois. 95,3 x 73 cm.. Los Angeles, The J. Paul Getty Museum © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Florence, 2018. 

 

 

Jacopo da Pontormo (Pontorme, Empoli 1494 - Firenze 1557), Visitazione, 1528-1529 circa. Huile sur bois. 207 x 159 cm.. Carmignano, pieve dei Santi Michele e Francesco © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Florence, 2018.  

Point de départ de cette exposition très, trop confidentielle, dans cette salle des Nicchie traversée par des touristes la regardant à peine, la Visitation de Pontormo (vers 1528-1529), restaurée en 2014 pour l'exposition au Palazzo Strozzi : Pontormo e Rosso Fiorentino. Divergenti vie della "maniera"

Pour la première fois, ce chef-d'œuvre, quittant l'église de Carmignano, est présenté à côté de l'unique dessin préparatoire connu, conservé au Cabinet des dessins et des estampes des Uffizi. Dans le catalogue, un ouvrage scientifique d'une grande facilité de lecture, Daniela Rossi la restauratrice de cette huile sur bois, revient sur la conception de ce tableau - la rencontre des deux cousines, la future mère de Dieu et celle de Jean-Baptiste, accompagnées de leurs servantes qui nous fixent -  très fidèle à son magnifique dessin, très poussé, quadrillé pour le report sur le bois.  lecurieuxdesarts.over-blog.com/2014/06/pontormo-e-rosso-fiorentino-divergenti-vie-della-maniera-pontormo-et-rosso-chemins-differents-de-la-maniere-florence-palazzo-strozzi

http://lecurieuxdesarts.over-blog.com/bill-viola-homme-de-la-renaissance-immersion-a-florence-palais-strozzi.bill-viola-uomo-del-rinascimento-ritorno-a-firenze-palazzo-strozzi

 

Jacopo da Pontormo (Pontorme, Empoli 1494 - Firenze 1557), Modello per la Visitazione, 1528-1529 circa. Pietra nera, tracce di gessetto bianco, quadrettatura a pietra rossa, carta. 326 x 240 mm. Firenze, Gallerie degli Uffizi, Gabinetto dei disegni e delle stampe. Remerciements service de presse Le Gallerie degli Uffizi.

Le burin Quatre femmes nues (1497) d'Albrecht Dürer, exposé aussi ne peut que mettre en évidence la circulation des estampes du maître de Nuremberg en Italie; manifestement l'image de ces quatre femmes était encore dans son esprit lorsqu'il imagina la composition de la Visitation.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacopo da Pontormo (Pontorme, Empoli 1494 - Firenze 1557), Ritratto di Alabardiere (Francesco Guardi ?), 1529-1530 circa. Huile sur toile, transposée de son support de bois. 95,3 x 73 cm.. Los Angeles, The J. Paul Getty Museum. Remerciements service de presse Le Gallerie degli Uffizi. 

Face au côté religieux de l'œuvre peint de Pontormo, l'exposition est l'occasion du retour en Italie du Portrait de l'Hallebardier (Francesco Guardi ?) (1529-1530) acquis par le Getty Museum en 1989 pour la somme fabuleuse de 32,5 millions de $. Depuis L'officina della maniera varietà e fierezza nell'arte fiorentina del Cinquecento fra le due repubbliche (1494-1530) aux Offices, en 1996, Florence n'avait pas revu ce chef-d'œuvre du portrait "cinquecentesco", modèle pour les futurs portraits de la ville du lys. Cette huile, très discutée pour l'identification de son modèle pensé un temps être le jeune Cosimo de' Medici (1519-1574), penche actuellement vers le jeune Francesco Guardi (1514-1554) qui participa au retour du pouvoir médicéen. Vêtu de blanc et de rouge, couleurs du drapeau florentin, il porte un grand collier d'or, son béret s'orne d'une médaille représentant le combat entre Hercule et le géant Antée.

Jacopo da Pontormo (Pontorme, Empoli 1494 - Firenze 1557), Studio per l’Alabardiere, 1529-1530. Pietra rossa, parzialmente riquadrato lungo il lato inferiore a pietra rossa, carta. 208 x 169 mm. Firenze, Gallerie degli Uffizi, Gabinetto dei disegni e delle stampe. Remerciements service de presse Le Gallerie degli Uffizi.

Venu des Offices, le dessin de Pontormo (1529-1530) est l'étude préparatoire du jeune homme lorsque l'artiste se concentrait sur le costume, dans un point d'observation frontale avant l'adoption d'une position latérale pour le tableau.

Jacopo da Pontormo (Pontorme, Empoli 1494 – Firenze 1557), Ritratto di giovane uomo con berretto rosso (Carlo Neroni?), vers 1530. Huile sur bois. 92,1 x 73 cm.. Collection privée © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Florence, 2018

L'Hallebardier est confronté au magnifique Portrait d'un jeune homme au béret rouge (Carlo Neroni ?), collection privée londonienne, récemment redécouvert, documenté à Florence en 1673, jamais exposé. Élégamment habillé, veste grise de satin aux amples manches recouverte d'un gilet de cuir, il en sort ou y cache une lettre. L'on en saura pas plus de son mystère.

Un subtil dialogue de la jeunesse.  

À gauche Jacopo da Pontormo (Pontorme, Empoli 1494 - Firenze 1557), Ritratto di Alabardiere (Francesco Guardi ?), 1529-1530 circa. Huile sur toile, transportée de bois. 95,3 x 73 cm.. Los Angeles, The J. Paul Getty Museum. À droite Agnolo Bronzino (Firenze 1503 – 1572), Pigmalione, vers 1530. Huile sur bois. 81 x 63 cm.. Firenze, Gallerie degli Uffizi, Galleria delle statue e delle pitture © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Florence, 2018.  

Vasari, dans ses écrits de 1568, cite le Portrait de Francesco Guardi caché par le panneau d'Agnolo Bronzino : Pygmalion et Vénus, instant où Pygmalion priant Vénus, voit l'ivoire qu'il avait sculptée se transformer en femme vivante. Une façon comme le souligne Elizabeth Pilliod dans la notice du tableau de Bronzino de cacher un soldat, la guerre, le déclin de la ville par une œuvre célébrant la femme, la création, la maestria artistique, le bien-être de la cité. Et un rappel, dans l'homme agenouillé, du Saint François de la Pala Pucci (Florence) peinte par Pontormo.

L'autre toile de Bronzino Martirio di sant' Acacio e dei diecimila martiri (1529-1530) des Uffizi permet une comparaison avec le sujet identique peint par Pontormo aux mêmes dates, du Palazzo Pitti.

Un parcours est proposé dans ce palais florentin pour y trouver cette toile et un Portrait de Côme Ier de profil de l'école de Giorgio Vasari (d'après un original perdu de Pontormo) ?.

Un exposition pour " happy few " stendhalien, quoi de plus normal à Florence.

 

 

Jacopo da Pontormo (Pontorme, Empoli 1494 - Firenze 1557), Autoritratto, 1526-1528. Pietra rossa, carta parzialmente tinteggiata al verso con pietra rossa diluita. Firenze, Gallerie degli Uffizi, Gabinetto dei disegni e delle stampe. Remerciements service de presse Le Gallerie degli Uffizi.

 

Incontri miracolosi. Pontormo dal disegno alla pittura

8 mai - 29 juillet 2018

Palazzo Pitti, Sala delle Nicchie - Florence

Commissariat Bruce Edelstein

Direction scientifique de l'exposition Marzia Faietti

.

Catalogue indispensable, sous la direction de Bruce Edelstein et Davide Gasparotto. 162 pages. Détails agrandis de la Visitation, du Portrait de l'Hallebardier, du Jeune homme au béret rouge. Textes Incontri miracolosi: Pontormo dal disegno alla pittura, Bruce Edelstein; La Visitazione di Pontormo nella pieve dei Santi Michele e Francesco a Carmignano: le vicende conservative de Cristina Gnoni Maravelli; Il restauro della Visitazione di Carmignano: tecnica e scoperte de Daniele Rossi. Éditions : Giunti Editore. Prix 32 €.. 

© photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Florence, 2018. 

Futures expositions :

New York, The Morgan Library & Museum. 7 septembre 2018 - 6 janvier 2019

www.themorgan.org/exhibitions/pontormo

puis Los Angeles, The J. Paul Getty Museum. 5 février - 28 avril 2019

www.getty.edu/visit/center/

Le site du Palazzo Pitti permet de découvrir toutes les œuvres exposées www.uffizi.it/eventi/incontri-miracolosi-

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article