Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

À gauche Zao Wou-Ki, Sans titre. 1988. Encre de Chine et lavis d'encre sur papier Japon marouflé sur papier. 67 x 125 cm.. Collection particulière, Europe. À droite Jean-Baptiste Huynh (né en 1966), Portrait de Zao Wou-Ki dans son atelier parisien. 2008. Photographie. 42 x 42 cm.. Collection particulière, France © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Zao Wou-Ki : Sur les chemins de la calligraphie. Christie's Paris, 27 avril 2018. 

Reçu le 26 novembre 2003 à l'académie des Beaux-Arts, fauteuil X, celui de Louis David, qui deviendra en mai de cette année, celui de Jean-Marc Bustamante, Zao Wou-Ki se voyait ainsi accueilli par Roger Taillibert : "Mais qui êtes-vous Monsieur Zao Wou-Ki ? Vous êtes né le 13 février 1921 à Pékin au sein d’une famille de grands lettrés chinois appartenant à la famille TSAO, de la très ancienne dynastie Song qui s’est perpétuée du Xe au XIIIe siècle après Jésus-Christ ".

Jean-Baptiste Huynh (né en 1966). Portrait de Zao Wou-Ki dans son atelier parisien. Photographie. 42 x 42 cm.. Réalisé en 2006 © Christie’s Images Limited. Exposition Zao Wou-Ki : Sur les chemins de la calligraphie. Christie's Paris, 28 avril - 3 mai 2018. Remerciements service de presse Christie's Paris, 2018.

Réponse chez Christie's Paris, le département d’Art asiatique du XXsiècle et contemporain de cette maison de ventes ayant souhaité aborder l'angle du lien que l'artiste entretenait avec la calligraphie chinoise. De 1964 à 2007, quatorze peintures, 20 œuvres sur papier, une lithographie rarissime, six livres d'artiste avec des amis poètes et, la photographie géniale du peintre par Jean-Baptiste Huynh, une mini-rétrospective sur 4 jours. Collections privées.

Comme une avant-première de la rétrospective Zao Wou-Ki. L’espace est silence présentée au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, à partir du 1er juin 2018, après celle de la Galerie nationale du Jeu de Paume en octobre 2003, commissariat de Daniel Abadie. Ou, plus proche de nous, celle de la fondation Pierre Gianadda à Martigny, en décembre 2015, commissariat de Daniel Marchesseau.

Point axial de cette présentation, dans un parcours thématique, n'oublions pas que nous sommes dans un lieu du marché de l'art, une de ses œuvres exposées ici, 29.01.64, atteignit le prix record de 20,871,600 € (frais compris) chez Christie's Hong Kong le 25 novembre 2017 - avec cinq autres toiles du peintre adjugées entre 257 290 $ et 6.380 782 $ -. Elle figurera à l'exposition Zao Wou-Ki L'espace est silence, du 1er juin 2018 - 6 janvier 2019, au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris. Achat d'un collectionneur privé -asiatique, européen, étasunien ?- sans autre précision, l'on n'en saura pas plus de la part de la part de Clara Rivollet de ce département. Vous apprendrez seulement que certaines des œuvres présentes seront offertes aux enchères par cette maison ou disponibles à la vente directe.

Zao Wou-Ki. Sans titre. 1993. Encre de Chine et lavis d'encre sur papier Japon marouflé sur papier. 103 x 106 cm.. Signé en Chinois, signé en Pinyin et daté "ZAO 93" en bas à droite © Christie’s Images Limited. Exposition Zao Wou-Ki : Sur les chemins de la calligraphie. Christie's Paris, 28 avril - 3 mai 2018. Remerciements service de presse Christie's Paris, 2018.

Roger Taillibert terminait ainsi son propos, ce mercredi de novembre 2003 : "Mais pour l’instant, sous prétexte de vous décrire à vous-même, il importe que j’essaie de vous révéler aux autres, puisque comme vous le dites vous-même : « Je n’ai jamais su parler de ma peinture. Je n’y tiens pas non plus, je ne cherche pas à l’expliquer. Ce qui compte, c’est uniquement le tableau… ».

Ce qui compte c'est le regard. Regardez. Fermez les yeux. Et laissez vous noyer dans la poésie de Zao.

Zao Wou-Ki (1920-2013), 29.01.64. Peint en 1964. Huile sur toile. 260 x 200 cm.. Provenance  : collection privée européenne, achat direct à l'artiste; Christie's Hong Kong le 25 novembre 2017. Présenté à l'exposition Zao Wou-Ki L'espace est silence, du 1er juin 2018 - 6 janvier 2019 au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Zao Wou-Ki : Sur les chemins de la calligraphie. Christie's Paris, 27 avril 2018.

"Je trouve que la peinture c'est tout à fait physique, sur les grandes dimensions, c'est presque une bataille. On se bat tout le temps pour arriver. Au fond, dans la peinture actuelle, la peinture à l'huile ou l'encre de Chine, il y a un contact physique très important. Quand je fais une grande peinture, une grande surface, c'est très sensuel, c'est presque comme faire l'amour : on se donne beaucoup, on se projette complètement dedans. "Si c'est pas toi c'est moi", c'est un peu ça le contact de la toile avec le pinceau et la couleur". Entretien sur France Culture, juin 1986.

À gauche Zao Wou-Ki, Sans titre. 1996. Encre de Chine et lavis d'encre sur papier Japon marouflé sur papier. 104 x 103 cm.. Collection particulière, France. À droite Zao Wou-Ki, Sans titre. 1975. Encre de Chine et lavis d'encre sur papier. 34,5 x 35 cm.. Collection particulière, France © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Zao Wou-Ki : Sur les chemins de la calligraphie. Christie's Paris, 27 avril 2018.

"Moi, je suis venu en France, je me suis installé à Paris et je veux être un peintre comme tout le monde. Je ne veux pas avoir une étiquette de Chinois, donc je ne veux pas faire de chinoiseries et c'est pourquoi j'ai essayé d'éviter de faire de l'encre de Chine. [...] C'est après 24 ans que j'ai repris l'encre de Chine [... ] Le papier chinois blanc est déjà tellement riche presque comme du velours, alors chaque tache de noir qui touche le papier ça produit un effet immédiat. Et puis le noir ne se contrôle pas facilement parce que le papier est complètement buvard. Une petite tache de noir ça devient double surface si vous contrôlez mal, alors il faut doser exactement". Entretien sur France Culture, juin 1986.

À gauche Zao Wou-Ki, Hommage à Henri Michaux. 25.01.64. Peint en 1964. Huile sur toile. 54 x 81 cm.. Collection particulière, France. Au milieu 19.03.70. Peint en 1970. Huile sur toile. 74 x 93 cm.. Collection particulière, France. À droite Zao Wou-Ki, Sans titre. 1972. Encre de Chine et lavis d'encre sur papier. 69 x 116,2 cm.. Collection particulière, Europe © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Zao Wou-Ki : Sur les chemins de la calligraphie. Christie's Paris, 27 avril 2018.

"Jusqu'en 1957 je donnais encore des titres, à partir de 1957 je trouve que les titres que je donnais étaient trop significatifs pour exprimer, pour expliquer quelque chose. Je trouve que ce n'est pas nécessaire. C'est pourquoi je donne une date seulement comme pour donner une carte d'identité". Entretien sur France Culture, juin 1986.​​​​​​​

© photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Zao Wou-Ki : Sur les chemins de la calligraphie. Christie's Paris, 27 avril 2018.

Passées sous les paumes des meilleurs imprimeurs en taille-douce qui surent jouer des encres pour retrouver la subtilité du geste de l'artiste magnifié par l'aquatinte, quelques ouvrages sont présentés.

© photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Zao Wou-Ki : Sur les chemins de la calligraphie. Christie's Paris, 27 avril 2018.

Gilles Kraemer 

 

 

Zao Wou‐Ki : Sur les chemins de la calligraphie

Exposition publique du samedi 28 avril au jeudi 3 mai 2018, de 10h à 18h. Fermée dimanche 29 avril et mardi 1er mai.

Christie’s - 9 avenue Matignon - 75008 Paris

Plaquette, toutes les œuvres présentées sont reproduites. 

Zao Wou-Ki.  L'espace est silence. 1er juin 2018 - 6 janvier 2019. Musée d'Art moderne de la Ville de Paris. Commissariat de François Michaud et Erik Verhagen. Avec la collaboration de Marianne Sarkar. Cette exposition est la première grande exposition consacrée à ce peintre depuis quinze ans, à Paris. Elle souhaite renouveler la lecture de cet œuvre dans une invitation à une réflexion sur le grand format. Le parcours débute au moment où Zao Wou-Ki adopte une expression nouvelle, "abstraite" - terme trop restrictif à ses yeux - avec l’œuvre de 1956 intitulée Traversée des apparences. Cette étape décisive précède un premier séjour aux États-Unis, l’année suivante, qui le conforte dans la quête d’un espace toujours plus vaste.

Internet www.mam.paris.fr  #ZaoWouKi 

Les propos de de Zao Wou-Ki sont extraits d'une série de cinq conversations qu'il eut en 1986, invité de l'émission "Entretiens avec", intitulée "L'épopée de Zao Wou-Ki : Un peintre, deux cultures"www.franceculture.fr/peinture/zao-wou-ki

Sait-on la richesse du musée de l'Hospice Saint-Roch à Issoudun suite à la donation de la collection personnelle de Zao Wou-Ki par sa veuve Françoise Marquet-Zao, 90 œuvres, de Pierre Alechinsky à deux peintures art aborigène d'Australie. 56 artistes. Il se voit enrichi de dix œuvres d'Henri Michaux (1899-1984), 1/10 de la collection de Zao Wou-Ki, signe fort d'une amitié qui dura jusqu'à la mort du poète-écrivain-artiste. Cette institution issoldunoise devient aujourd'hui l'un des plus importants musées détenteurs d'huiles et de dessins d'Henri, de cette amitié indéfectible remontant à 1949, alors qu'ils ne se connaissaient pas et que l'écrivain rédigeait spontanément un texte sur huit lithographies de Wou-Ki qu'il avait vues.​​​​​​​ ​​​​​​​lecurieuxdesarts.over-blog.com/2016/07/l-autoportrait-des-amities-la-collection-zao-wou-ki.html​​​​​​​

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article