Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

 

© photographie Le Curieux des arts Antoine Prodhomme.

Maurice Sand (1823 - Paris - 1889), Monstres grotesques; études pour la tentation de saint Antoine. Plume et encre de Chine. Annoté "recherches pour le bon st antoine" sur une bande de papier ajoutée en haut à gauche. 165 x 28 cm..

Estimation 1 500 - 2 000 €. Adjugé 5 840 €, frais compris, très judicieuse acquisition.

Il n'y a pas que Simon Vouet et ses trois pastels récemment découverts dans cette vente de dessins proposée par Artcurial.

Il y figure une pépite qu'il faut chercher, découvrir, emplie d'humour, prompte à séduire un amateur de dessin, un caricaturiste, un amateur d'étrangetés complétant son Kunstkammer ou un grand bibliophile souhaitant truffer l'édition originale de La Tentation de saint Antoine. Ce petit dessin "demonstre" l'existence de la quadrature improbable du cercle. Le dessinateur est Maurice Sand. Il est fils de l'écrivaine George Sand. Le destinataire est Gustave Flaubert auquel George offrit cette plume en 1872. L'on sait les liens forts d'amitié unissant la femme de lettres au père de Madame Bovary, leur correspondance de 420 lettres de 1867 à la mort de "la bonne dame de Nohant". Que dit de ce dessin Gustave qui publiera en 1874 La Tentation de saint Antoine ouvrage trouvant sa source dans un tableau de Brueghel vu à Gênes " Il y a deux très jolis monstres : 1° un fœtus en forme de ballon et à quatre pattes ; 2° une tête de mort emmanchée à un ver intestinal." (Correspondance, IV, Paris, éd. L. Conard, 1910, p. 105- 106).

 

© Crédit Artcurial

Simon Vouet (Paris, 1590 - Paris - 1649), Portrait d’un chien assis. Pierre noire et rehauts de craie blanche, quelques touches de pastel rose sur papier beige. Trait d'encadrement à la plume et encre noire. Crayon noir, estompe et craie blanche sur papier beige. Collé en plein sur un montage ancien du XVIIIe siècle. 273 x 250 mm.

Estimation 100 000-150 000 €.

Adjugé 337 600 €, frais compris. Record mondial pour un dessin de l'artiste.

Des trois dessins de Vouet, celui-ci est le plus surprenant, intime, personnel, troublant, étonnant. Car il s’agit du portrait d’un chien familier, loin des chiens de chasse convenus que l’on aperçoit dans nombre de tableaux de hauts personnages affectionnant leurs animaux de compagnie.

Le dessin nerveux et rapide montre plusieurs lignes de repentir qui accentuent l’effet de force rendu par le torse, tandis que la tête, plus soignée, module les reliefs du crâne avec les variations de pierre noire et de craie blanche. Le contraste technique classique du noir et blanc est adouci par le fond beige et quelques traînées de pastel rose au sol. La pose du chien dressé, obéissant, attentif, accentue le charme de ce compagnon.

A son retour d'Italie - 1613-1627 -, Simon Vouet est nommé premier peintre du roi. "L'on connait l'anecdote, rapportée par Perrault, selon laquelle Louis XIII lui fit faire en pastel les portraits de la plupart des seigneurs de la cour et des officiers et voulut qu'il lui apprit à dessiner et à peindre en pastel pour se divertir" (1). Portraitiste, il l'est, très jeune, capable de dessiner de mémoire le visage du souverain ottoman, lors de son déplacement à Constantinople, âgé de 21 ans, accompagnant l'ambassadeur de France.

 

 

© Crédit Artcurial

Simon Vouet (1590 - Paris - 1649), Portrait d’un artiste tenant un tableau ou une miniature. Pastel et pierre noire sur papier beige. Trait d'encadrement à la plume et encre noire. Collé en plein sur un montage ancien du XVIIIe siècle. 275 x 210 mm.

Estimation 150 000 - 200 000 €.

Adjugé 294 200 €, frais compris. 

 

L’identité du modèle est encore une énigme, mais il est évidemment fort probable qu’il s’agisse d’un artiste gravitant autour de Simon Vouet. La chevelure bouclée cascade autour de son visage dans un désordre qui semble exclure un personnage de l’entourage du roi.

 

 

© Crédit Artcurial

Simon Vouet (1590 - Paris - 1649), Portrait du poète Neuf-Germain. Pastel et pierre noire sur papier beige.Annoté "Simon Voet fecit" en haut à droite à la sanguine. Trait d'encadrement à la plume et encre noire. Collé en plein sur un montage ancien du XVIIIe siècle. 270 x 210 mm. Estimation 200 000 - 300 000 €.

Adjugé 250 800 €, frais compris

Simon Vouet comptait parmi ses amis artistes Pierre Brébiette, dont il avait fait la connaissance en Italie. Ce dernier épousa une des filles de Neufgermain, Louise. Vouet nous le montre fièrement campé dans une cape, coiffé d’une calotte et tenant ses gants dans la main gauche. Sa longue barbe de sage et ses longs cheveux frisottants encadrent un visage souriant. Un repentir autour de la calotte forme comme une auréole au-dessus de la tête de cette sympathique figure du poète (1574-1662).

© Crédit Artcurial

Jean-Baptiste Oudry (Paris, 1686 - Beauvais, 1755), Vue du jardin d'Arcueil : la terrasse de l'Orangerie, au nord, avec le talus du parc de haute futaie. Crayon noir et craie blanche sur papier bleu. 303 x 518 mm. Dans un cadre en bois sculpté et doré estampillé INFROIT et JME, travail français d'époque Louis XVI.

Estimation 80 000-120 000 €. Invendu.

Entre 1744 et 1747, Oudry exécute de nombreux paysages du domaine des princes de Guise à Arcueil, alors à l’abandon. Réaménagé au début du XVIIIe siècle dans le goût rocaille, ce parc accueillit de nombreux artistes qui venaient dessiner les bosquets, terrasses, fontaines et sites pittoresques. Oudry réalisera une cinquantaine de vues du parc. Celle présentée, de belles dimensions, pourrait correspondre à une gravure, piste à vérifier comme le note le catalogue de cette vente. L'attribution des figures de ce dessin a été faite à Moreau le Jeune, à Mariette, à Jacques Philippe le Bas ou Victoire Chenu.

 

© Crédit Artcurial

Samuel Van Hoogstraten (Dordrecht, 1627 - 1678), La Crucifixion. Plume et encre brune, lavis gris, sanguine et rehauts de gouache blanche.Une ancienne étiquette avec une attribution à Rembrandt au verso. 245 x 250 mm. Estimation 40 000-60 000 €.

Adjugé 319 000 €, frais compris.

Superbe prix obtenu par une très belle feuille pleine de fougue de l'artiste hollandais  Samuel Van Hoogstraten, probablement son chef d'œuvre, réalisé juste après son apprentissage dans l’atelier de Rembrandt. Toutes les techniques du dessin cohabitent ici avec une grande virtuosité. Record mondial pour cet artiste.  

Quoi de plus normal que cette attribution ancienne à Rembrandt puisque Van Hoogstraten s'inspire d'un dessin du peintre né à Leyde en 1606. Le peintre restera dans l'atelier de Rembrandt de 1641 à 1648 ce qui permet de dater ce dessin vers 1650. Madeleine, au pied de la Croix, fut l'objet de multiples repentirs.

 

6 047 310 € frais compris, bien au-delà de son estimation globale, avec 67 %  de lots vendus, dont 14 lots au-dessus de 100 000 €.  

Quatre préemptions ont été exercées dont deux sur des œuvres redécouvertes par Artcurial : le musée du Château de Versailles préempte le dessin au pastel Portrait de Charles Perrault par Charles Le Brun (Lot n°7) à 91 000 €; le musée du Louvre, quant à lui, préempte la sculpture de Félicie de Fauveau et Hippolyte de Fauveau, Santa Reparata, rare sculpture en terre cuite polychromée (Lot n°160) à 78 000 €. Une troisième préemption vient du musée Adrien Mentienne à Bry  sur Marne sur le lot n° 152, une huile sur toile de Louis Jacques Mandé Daguerre, Effet de lumière sur une vallée surmontée d'un édifice gothique, adjugé 9 750 €. Enfin, le musée de Stockholm préempte le pastel entoilé de Joseph Vivien Portrait de l'abbé Ambroise Lalouette (1653-1724), aumônier de Louis XIV, chanoine de l'église Sainte Oppportune (Lot n°12)  à 104 000 €, un record mondial pour une œuvre de l’artiste. ​​​​​​​

 

Gilles Kraemer

 

(1) Jean-Pierre Cuzin, Jeunes gens par Simon Vouet et quelques autres. Notes sur Vouet portraitiste en Italie in figures de la RÉALITÉ. Caravagesques français, Georges de La Tour, les frères Le Nain..., 2010, éditions INHA et Hazan.

© photographie Le Curieux des arts Antoine Prodhomme

Artcurial Paris

Maîtres anciens & du XIXe siècle

Vente mercredi 21 mars 2018 

Dessins de la collection Christian et Isabelle Adrien et d'autres collections. Sotheby's. Semaine du dessin 2018 à Paris. Settimana del disegno a Parigi (I)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article