Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

 

 

© Marc Domage

Gilles Kraemer : Béatrice Andrieux, en octobre 2017, l'AIPAD - Association of International Photography Art Dealers - vous a nommé directrice artistique de The Photography Show, la foire de photographie new-yorkaise. Pouvez-vous nous présenter cette association ?

Béatrice Andrieux : AIPAD regroupe plus de cent galeristes et marchands essentiellement américains et des éditeurs, avec une ouverture vers des galeries européennes, des galeries d'Inde, d’Israël, du Japon et de Chine. 

Pour la première fois depuis sa création, le Board des directeurs de l’association, organisatrice du Photography Show, dont le nouveau Président est Richard Moore, a souhaité collaborer avec une direction artistique pour sa 38ème édition. Doyenne des manifestations dévolues à la photographie, cette foire historique est la référence de ce médium qu’elle a d’ailleurs largement promu et dont elle a servi de modèle lors de  la création de Paris Photo en 1996 par Rick Gadella. 

 

G. K. : Votre nomination correspond-elle, entre autres, à votre expérience avec Paris Photo et Paris Photo Los-Angeles ?

B.A. : En effet,  j'ai participé au lancement de Paris Photo Los Angeles dans les Studios de la Paramount avec deux éditions en 2013 et 2014 ainsi qu’au déménagement de Paris Photo du Carrousel au Grand Palais. Pour les deux foires, j’étais en relation avec les galeries et les éditeurs, les accompagnant tout au long des deux événements. Tout d’abord dans la préparation de leur projet pour leur inscription avant d’être sélectionné par le Comité. Il s’agissait de s’assurer de ne pas recevoir des projets avec des artistes représentés par plusieurs galeries. Comme tous les membres des comités de sélection, celui de Paris Photo est d’un grand professionnalisme. Une fois la sélection établie, une partie plus opérationnelle débutait, passionnante dans la manière de repenser à chaque édition la scénographie générale de la Foire. Au Grand Palais, ce fut un  formidable challenge en terme de contraintes techniques et de respect du bâtiment. Quant à Los Angeles, ce fut une belle rencontre avec les équipes américaines des Studios de la Paramount et des institutions muséales locales.  

 

G. K. : Pouvez-vous évoquer votre parcours, entre galeries, institutions, manifestations et fréquentations de collectionneurs internationaux ?

B. A. : J’ai commencé à la Galerie Zabriskie dans les années 1990 où j’ai énormément appris sur la photographie américaine, espagnole et française avec des artistes tels Lee Friedlander, Nicolas Nixon, Joan Fontcuberta, Jorge Ribalta mais aussi Claude Cahun, Laure Albin-Guillot, Eugène Atget. Puis j’ai collaboré avec Agnès b à la galerie du jour où j’ai organisé les expositions de Massimo Vitali, Martin Parr, Malick Sidibé ou J.D Okhaï Ojeikere tout en participant à des foires internationales comme l’Armory Show, l’Art Forum à Berlin, la FIAC et Paris Photo. Puis j’ai commencé des commissariats en indépendante, co-écrit un ouvrage sur Lucien Hervé et Le Corbusier avec Quentin Bajac et entamé des collaborations comme rédactrice avec les revues Connaissance des Arts, Camera et Ideat.

En 2015, j’ai été nommée directrice artistique de la 4ème édition du Festival de photographie Alt. +1000,  situé en Suisse à Rossinière. Ce festival, avait pour spécificité d’exposer dans des granges des 17è et 18è siècle et d’utiliser des lieux en extérieur. Pour mon édition, j’avais choisi la thématique du Territoire. Dans le cadre d’une résidence, Georges Rousse a été invité à réaliser une œuvre dans une des granges. J’ai aussi mis en place une nouvelle section, un Hors les murs, en partenariat avec le Château de Gruyères. L’artiste anglais Edgar Martins a investi toutes les salles du château avec l’exposition The Mayward Line avec plusieurs de ses séries en couleur dont l'une des plus connues évoque l’arrêt brutal des travaux de maisons en construction suite à la crise des Subprimes. Le Mexique fut à l’honneur avec deux écoles invitées cette année-là, au lieu d’une seule habituellement. Sept étudiants du Centro de la Imagen de Mexico et du PFC (Programa de Fotografia Contemporanea) de Monterrey, ont exposé leurs travaux sur la question du Territoire durant les deux mois estivaux. Il est important de rappeler la tradition photographique mexicaine avec notamment Manuel Álvarez Bravo et l’arrivée d’une jeune génération très créative.

En 2016, j'étais directrice artistique de Photo Basel. En 2017, je suis commissaire de l'exposition Levitt France, une utopie pavillonnaire au Magasin électrique lors des Rencontres de la photographie d'Arles. Les regards de Julie Balagué, Vincent Fillon, Bruno Fontana, Jean Noviel et Camille Richer revenaient sur un projet mené au début des années 1970 avec la construction de premier village à l’américaine en Île-de-France par William Levitt, créateur des Levittown aux États-Unis. Images d’archives et créations contemporaines illustraient cette histoire méconnue du grand public. 

 

G. K. : Comment se déroule The Photography Show et quelle sera votre ligne ?

B. A. : La 38ème édition se tiendra du 4 au 8 avril sur le Pier 94 avec des galeries qui présenteront des œuvres historiques et contemporaines remarquables. Les nombreux collectionneurs et Institutions attendus découvriront un contenu très étoffé. Quant à la ligne, je n’utiliserai pas ce mot tant la Foire appartient historiquement aux membres de l’AIPAD. C’est avant tout une collaboration avec les directeurs du Board d’AIPAD, qui restent très impliqués dans le choix des galeries. Une partie de ma mission consiste à augmenter la présence de galeries européennes et de partenaires. Pour le contenu, je suis ravie de travailler en étroite collaboration avec le Board sur la partie des conférences et des expositions organisées pendant la Foire. A l'occasion de cette édition, le programme VIP permettra aux collectionneurs de découvrir les magnifiques expositions Being: New Photography 2018 et Stephen Shore au MoMA.  

 

G. K. : Vous n'êtes pas le premier acteur français de la scène photographique à franchir le pas américain ?

B. A. : Absolument. Quentin Bajac, ancien directeur du cabinet de la photographie au Centre Georges Pompidou, a été nommé en 2013, "chief curator of photography at The Museum of Modern Art" au MoMA à New York. Edward Steichen fut le directeur en 1947 de ce département créé en 1940. Clément Chéroux qui succéda à Quentin Bajac à Paris est, depuis janvier 2017, conservateur en chef pour la photographie au SFMOMA ou MoMA de San Francisco, "senior curator of photography in the San Francisco Museum of Modern Art’s Department of Photography". 

Gilles Kraemer

 

 

 

 

 

The Photography Show presented by AIPAD

Pier 94, 711 12th Avenue, New York, NY 10019. It is located on Manhattan's west side on the Hudson River (12th Avenue) at 55th Street

 

Vernissage: April 4, 2018 / 4 avril 2018

April 5 - 8, 2018 / 5 au 8 avril 2018

Wednesday, April 4, 2018. Vernissage VIP Hours: 2:00 p.m. - 5:00 p.m. Vernissage Public Hours: 5:00 p.m. - 9:00 p.m.

Thursday, April 5 through Saturday, April 7, 2018. VIP Hours: 11:00 a.m. - 12:00 p.m. Public Hours: 12:00 p.m. - 8:00 p.m.

Sunday, April 8, 2018. VIP Hours: 11:00 a.m. - 12:00 p.m. Public Hours: 12:00 p.m. - 6:00 p.m.

https://www.aipadshow.com/AIPAD/About-AIPAD

https://www.aipadshow.com/about

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article