Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Portrait de Claire Tabouret dans son atelier à Los Angeles. Photo: Logan White © Claire Tabouret..

Dans ses peintures figuratives, ses dessins et ses sculptures, Claire Tabouret scrute l’identité, posant son regard sur l’enfance et ses énigmes, l’individu isolé ou en groupe. Parfois masqués, maquillés ou déguisés, les enfants et les femmes aux visages muets de ses tableaux se tiennent droits devant le spectateur tels des arrêts sur image. 

La récente fresque au château de Fabrègues dans le Var appartenant à Pierre Yovanovitch : Les enfants de la chapelle est l’exemple de l’univers atemporel et parfois carnavalesque que réalise l’artiste dans ses peintures. Souvent enduites d’une première couche de fluo, sur des toiles de grands formats, ses œuvres aux tonalités tantôt sombres, tantôt acidulées, comme la série des Débutantes vues à la galerie parisienne Bugada & Cargnel, en décembre 2014 dégagent une impression d’énigme théâtrale. Avant la représentation de groupes et de personnages dans des postures pouvant rappeler celles de la peinture romantique, elle s’intéressait aux paysages diurnes et nocturnes, et souvent aquatiques. C’est à cette période qu’elle réalisa la série des Maisons inondées qui l’a fait connaître et l’ensemble des Migrants. Issues de photographies captées sur Internet ou dans les archives, ses toiles sont teintées d’expérience personnelle déployant un univers d’histoires et de souvenirs.

Claire Tabouret (née en 1981, Pertuis) vit et travaille maintenant à Los Angeles. Diplômée de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (2006), elle a étudié à la Cooper Union School of Art, New York (2005). En 2012, elle est lauréate du Prix de Yishu8 à Pekin.

En 2017, l’artiste a bénéficié de plusieurs expositions personnelles parmi lesquelles :The Dance of Icarus au YUZ Museum de Shanghai; Claire Tabouret + Cash for Gold like Smoke for Mirrors and Land for Sea à La Friche la Belle de Mai à Marseille et Neptune à Le Creux de l'enfer à Thiers.

Claire Tabouret, Les Veilleurs (2014). Acrylique sur toile. 230 x 400 cm.. Courtesy l'artiste et la galerie Isabelle Gounod, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 7 mai 2014, exposition L'illusione della luce, palazzo Grassi, Venezia, avril-décembre 2014.

 

Voici ce que j'écrivais de cette exposition collective au palazzo Grassi, présentant des œuvres d'Eija-Liisa Ahtila à Robert Whitman, en passant par Dan Voh ou Bruce Corner. Cette toile clôturait l'exposition : "Avec un dernier regard sur Les Veilleurs de Claire Tabouret, très fort avec ces trente-quatre enfants costumés, vieillis avant l'âge, nous scrutant, impassibles, tenant des grands bâtons lumineux comme un souvenir des lances de  La Bataille de San Romano de Paolo Ucello (musée du Louvre). Impressionnant tableau par cette lumière verte et glaciale qui en sourd. Et, cette fois ci, nulle illusion de lumière, elle est bien réelle."

 

 

Ses expositions de groupe récentes : La Traversée des inquiétudes. Intériorités en 2017-2018, deuxième volet de cette trilogie d’expositions librement inspirée de la pensée de Georges Bataille à Labanque à Béthune, commissariat Léa Bismuth avec Les étreintes

www.lecurieuxdesarts.fr/2018/01/georges-bataille.labanque-de-bethune-dans-les-interiorites-des-inquietudes.html

 

Yoko Ono | Claire Tabouret ONE DAY I BROKE A MIRROR au printemps 2017 à l'Académie de France à Rome -Villa Médicis, dans le cadre du cycle d’expositions d’art contemporain UNE initié par Muriel Mayette-Holtz, sous le commissariat de Chiara Parisi;

 

Who's afraid of picture(s) ? 2 Le peintre et l'image. Une histoire scandaleuse ? à l'été 2015 au centre d'art contemporain cent mètres du centre du monde à Perpignan www.lecurieuxdesarts.fr/2015/09/la-peinture-et-la-representation-effraient-t-elles-reponse-a-cent-metres-du-centre-du-monde-a-perpignan

 

L'illusion des lumières, au palazzo Grassi à Venise avec Les veilleurs au printemps-automne 2014 http://www.lecurieuxdesarts.fr/2014/08/des-illusions-de-lumiere-au-palazzo-grassi-venise-de-doug-wheeler-a-claire-tabouret.html

 

Shit and Die au palazzo Cavour à Turin; Portraits from the École des Beaux-Arts Paris au Drawing Center de New York; Des visages, des figures au FRAC Auvergne et Vivre, au Musée national de l’histoire de l’immigration à  Paris.

Vernissage de sa première exposition chez Almine Rech samedi 8 septembre 2018, Paris.

Gilles Kraemer

Claire Tabouret, Les Veilleurs, 2014. Détail. Acrylique sur toile. 230 x 400 cm.. Courtesy l'artiste et la galerie Isabelle Gounod, Paris © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 7 mai 2014, exposition L'illusione della luce, palazzo Grassi, Venezia, avril-décembre 2014.

© Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 7 mai 2014, exposition L'illusione della luce, palazzo Grassi, Venezia, avril-décembre 2014.

Claire Tabouret, Les Étreintes, 2017. Collages et monotypes. Production Labanque © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2017, vue de l'exposition La Traversée des inquiétudes. Intériorités à Béthune.

 

Ringraziamenti al ufficio di stampa della galleria Almine Rech, Paris.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article