Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

 

En conclusion d'un article consacré à l'exposition Henriette Fortuny. Ritratto di una musa qui se tint au Palazzo Fortuny - Palazzo Orfei à Venise (19 décembre 2015 - 1 mai 2016), commissariat de Daniela Ferretti et Cristina Da Roit, j'émettais le souhait d'une exposition consacrée aux Fortuny à Paris, au Palais Galliera.

Le plissé Fortuny ! L'histoire d'Henriette, muse de Mariano Fortuny. Ritratto di una musa

 

Souhait exhaussé avec l'exposition Mariano Fortuny. Un Espagnol à Venise que lui consacra l'institution parisienne mais avec le bémol d'être exclusivement centrée sur son époux (Grenade 1871 - 1949 Venise). Des photographies et des portraits qu'il peignit de son épouse  Henriette (Fontainebleau 1877 - 1965 Venise) n'étaient que de parcellaires allusions. 

 

Photographie dans l'atelier. Mariano Fortuny, Portrait d'Henriette Fortuny en costume pompéien, 1935. Tempera sur bois, 218 x 132 cm.. © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Museo Fortuny Palazzo Orfei, Venise, mai 2017.

Manquait le grand portrait d'Henriette portant une robe Delphos et un châle Knossos peint par Mariano en 1935. Magnifique tableau la montrant vêtue de deux "œuvres" emblématiques de Fortuny. La robe Delphos ou "la lumière capturée" comme la décrit Sylvie Beňares. Sait-on ou se souvient-on que ce brevet d'étoffe plissée-ondulée est la propriété d'Henriette Nigrin (future Madame Mariano Fortuny), son inventeur et non de Mariano, qu'il fut déposé auprès de l'Office National de la Propriété Industrielle de Paris le 10 juin 1909 ? Cette invention d'Henriette n'étant évoquée qu'en note de bas de page, la contribution de Daniela Ferretti, directrice du musée Fortuny, Henriette Fortuny, portrait d'une muse, replace l'invention de Delphos, cette robe magique qui se roulait dans une boîte en carton.    

Vêtement au succès immédiat, dont les repères biographiques du catalogue - mais qui les lit ? - précisent qu'un procès sera intenté contre les Galeries Lafayette en 1913 pour contrefaçon; ce grand magasin sera condamné à des dommages et intérêts après une procédure close en juin 1925. 

 

Photographie dans le grand salon. Au premier plan, de la Manufacture Fortuny : Surveste sur vêtement Delphos, après 1909. Détail. Taffetas de soie plissé et gaze de soie imprimé. Collections du Musée Fortuny, inv. 016 et C29. Au second plan Mariano Fortuny, Portrait d'Henriette Fortuny en costume pompéien, 1935. Tempera sur bois, 218 x 132 cm.. Archives Musée Fortuny, inv. FORT0061 © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Henriette Fortuny. Ritratto di una musa, Museo Fortuny Palazzo Orfei, Venise, janvier 2016

Le châle Knossos ou "la modernité des motifs anciens" comme le souligne Haria Calol dans le catalogue. Cette écharpe en taffetas de soie imprimée, inspirée de motifs crétois, minoens et hellénistiques - 450 x 110 cm. - fut lancée d'une façon spectaculaire à Berlin, le 24 novembre 1907, comme le décrit "Les dimensions littéraires de Mariano Fortuny" de Guillermo de Osma. Lors d'une matinée, présentée par le poète Hugo von Hofmannsthal, la danseuse Ruth St. Denis accompagnée d'un violoncelliste montra les différentes façons de porter cette étoffe. Terriblement médiatique avant l'heure cette idée de choisir l'Allemagne et non Paris, la capitale de la mode, quelle superbe communication ! Et ni Vogue, ni Intagram n'existaient encore ! Sinon la planète "fashionable" aurait été incandescente. A souligner que Marcel Proust? qui évoqua plusieurs fois les créations de Fortuny dans La Recherche, ne descendit pas avec sa mère au Danieli mais à l'Hôtel de l'Europe en avril 1900 lors de son séjour vénitien, ville où il retourna, seul, en octobre de la même année.

 

Mariano Fortuny. Boîte et corsage en satin de soie violet plissé de robe Delphos. Après 1927; après 1909 © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, exposition Mariano Fortuny un Espagnol à Venise, Palais Galliera, Paris.

Magnifiquement illustré, complété par les photographies des fonds Mariano Fortuny et Babani de Galliera, ce catalogue est un vrai plaisir de découverte ou de redécouverte de Mariano, un égal de Paul Poiret qui l'admirait lorsque l'on lit le texte de Sophie Grosslord. A travers les textes revivent les sources d'inspiration, le lieu de vie et de création si intense que fut le palazzo Pesaro-Orfei, aujourd'hui musée Fortuny resté en l'état, le rayonnement et la réception des créations Fortuny. Un éblouissement.

 

Gilles Kraemer

Catalogue Mariano Fortuny. Un Espagnol à Venise. Ouvrage sous la direction de Sophie Grossiord, avec les contributions  de Silvia Bañares, Ilaria Calol,  Delphine Desveaux, Daniela Ferretti,  Claudio Franzini, Elvira González Asenjo, Christian Gros, Sophie Grosslord, Lucina Llorente Llorente, Roberta Orsi Landini, Guillermo de Osma, Cristina Da Roit, Ana Roquero Caparros. 258 pages. 250 illustrations. Prix 44,90 €. Éditions Paris Musées.

 

Ce catalogue accompagne l'exposition Mariano Fortuny un Espagnol à Venise. Palais Galliera. Du 4 septembre 2017 au 07 janvier 2018. 

En mémoire Le plissé Fortuny ! L'histoire d'Henriette, muse de Mariano Fortuny. Ritratto di una musa

 

Le catalogue Henriette Fortuny. Ritratto di une musa. 240 pages. Éditions Fondazione Musei Civici di Venezia prolongeait l'exposition au Palazzo Fortuny - Palazzo Orfei à Venise (19 décembre 2015 - 13 mars puis jusqu'au 1er mai 2016).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article