Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

 

Frances Stark (née en 1967, Newport Beach, Californie), Behold Man !, 2013. Technique mixte, impression jet d'encre, vernis. 191,8 x 244,2 x 30 cm. Collection Tate : acquis avec des fonds provenant de Tate Americas Foundation (North American Acquisitions committe © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse de la 57ème Biennale de l'art, Venise, exposition Arte Viva Arte, Pavillon central, Giardini, 9 mai 2017.

 

Hugo Boss en partenariat avec le musée et la fondation Salomon R. Guggenheim a dévoilé la liste des 6 artistes nominés pour le Hugo Boss Prize 2018 : Bouchra Khalili, Simone Leigh, Teresa Margolles, Emeka Ogboh, Frances Stark et Wu Tsang.

Trois femmes. Trois hommes. La parité en art. Je mets en avant, par ma première photographie, la démarche de France Stark dont j'avais retenu la proposition lors de mes visites à la 57ème biennale de l'Art, Venise, en mai et septembre 2017.

Bouchra Khalili, The Tempest Society, 2017. Color video with sound, 60 min.. Installation view : Documenta 14, Athens School of Fine Art, Athens Courtesy the artist. Photo: Stathis Mamalakis

Le vidéaste et photographe Bouchra Khalili, né en 1975 à Casablanca. Il a présenté sa vidéo The Tempest Society (2017) à documenta 14 (2017) à Athènes à l’École des beaux-arts (ASFA). 

Du 5 juin au 23 septembre 2018, le Jeu de Paume consacre une exposition à cet artiste franco-marocaine qui réunit, pour la première fois en France, une importante sélection d’œuvres de ces dix dernières années. Au fil de cette exposition parisienne seront présentées des vidéos dont celle de The Tempest Society et les photographies de Wet Feet réalisées en 2012 à Miami sur les traces laissées par les déplacements des personnes qui ont réussi à gagner l’Amérique par la Floride. L'artiste présentera une nouvelle œuvre, produite par le Jeu de Paume.

 

Simone Leigh, Dunham II, 2017. Terracotta, graphite, and steel, 105.4 x 55.9 x 58.4 cm.. © Simone Leigh; Courtesy the artist and Luhring Augustine, New York. Photo: Farzad Owrang.

 

La vidéaste et sculptrice Simone Leigh, née en 1967 à Chicago. Sa démarche prend en compte l'histoire politique, la diaspora africaine et le féminisme. Elle a présenté au New Museum de New York The Waiting Room en 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Teresa Margolles, Dance floor of the discotheque “La Madelon” (Pista de baile de la discoteca “La Madelon”), 2016. Chromogenic print on cotton paper, 120 x 180 cm..Courtesy the artist and LABOR

La plasticienne Teresa Margolles, née en 1963 à Culiacán, Mexique. Sa démarche aborde la violence dans son pays. Elle a participé à l'exposition collective L'Écart absolu, Les cosmogonies au Quadrilatère à Beauvais du 4 février au 26 mars 2017.

Deux de ses œuvres sont visibles, in situ, au CAC ou Centre d’art contemporain de  Brétigny-sur-Orge. Fosse commune - Fosa comùn, 2005 (eau, ciment, pigments, résine. Production CAC Brétigny). L’œuvre est un sol détruit puis reconstruit avec un mélange de ciment, de pigments et de résine, agrégé avec de l’eau provenant du Mexique et transportée illégalement dans les bagages des amis de l’artiste. Cette eau a servi pour laver à la morgue, après autopsie, les corps de personnes assassinées à Culiacán, mégapole violente et haut lieu du cartel de la drogue, ville de naissance de l’artiste. L’eau a ensuite été utilisée comme liant pour le nouveau sol du centre d’art. Table et deux bancs - Mesa y dos bancos, 2005 (eau, ciment, pigments, résine. Production CAC Brétigny) est un mobilier extérieur réalisé avec un mélange de ciment, de pigments et de résine, agrégé avec de l’eau acheminée depuis les laboratoires médicaux légaux de Mexico. L’eau utilisée a servi pour laver, après autopsie, les corps des personnes assassinées.  

Emeka Ogboh, The Way Earthly Things Are Going, 2017. Multichannel sound installation and real-time LED display of world stock indexes. Installation view: Documenta 14, Athens Conservatoire (Odeion), Athens. Photo: Mathias Völzke

Emeka Ogboh, né en 1977 à Enugu, Nigéria. Ce plasticien, a participé à documenta 14 sur les deux sites, Grèce et Allemagne. Pour Athènes, il intervenait dans l'immense salle du conservatoire de musique, les sons de The Way Earthly Things Are Going (2017) étaient accompagnés d’un écran LED sur lequel défilaient les cours de la bourse).

Il était également présent en Allemagne, à Skulptur-Projekte à Münster, 2017 avec Passage through Moondog / Quiet Stor, une installation sonore dans le tunnel Hamburger. 

Frances Stark (née en 1967, Newport Beach, Californie), Behold Man !, 2013. Technique mixte, impression jet d'encre, vernis. 191,8 x 244,2 x 30 cm. Collection Tate : acquis avec des fonds provenant de Tate Americas Foundation (North American Acquisitions committe © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse de la 57ème Biennale de l'art, Venise, exposition Arte Viva Arte, Pavillon central, Giardini, 9 mai 2017.

Frances Stark, née en 1967 à Newport Beach, Californie. Vivant et travaillant à Los Angeles, c'est une artiste pluridisciplinaire - dessin, peinture, vidéo -  et écrivaine.

Elle a participé à la 57ème biennale de l'Art de Venise, 2017, dans le cadre de l'exposition centrale Viva Arte Viva, où elle présenta au padiglione centrale des Giardini - padiglione degli Artisti e dei Libri - Behold Man !, Christine Macel étant directrice artistique du secteur des arts visuel  et commissaire de cette 57ème Esposizione inernationale d'Arte.

Wu Tsang, We hold where study, 2017. Two-channel color HD video, with sound, 18 min., 56 sec. Installation view : Kunsthalle Münster, May 27–October 1, 2017. Courtesy the artist and Galerie Isabella Bortolozzi, Berlin. Photo: Roman Mensing

Wu Tsang, né en 1982 aux États-Unis, il vit et travaille à Los Angeles. Sa pratique est la performance et la vidéo. Il a exposé à la Kunsthalle de Münster Devotional Document (Part 2) en mai-octobre 2017 et, la même année, à la FACT ou Foundation for Art and Creative Technology à Liverpool.  

Le lauréat 2018 de ce prix décerné tous les deux ans, année paire - annonce à l'automne 2018 - se verra remettre 100 000 dollars et bénéficiera d'une exposition. Institué en 1996, le Prix Hugo Boss récompense des artistes dont les œuvres sont parmi les plus innovantes et influentes de l’art contemporain. Le premier prix fut attribué à Matthew Barney en 1996. Citons Pierre Huyghe (2002) , Hans-Peter Feldmann (2010), Danh Vo (2012) ou encore Anicka Yi (2016).

Pour mémoire, un projet de Anicka Yi, fut co-produit par Lafayette Anticipation - Fondation d'entreprise Galeries Lafayette, à l'occasion de l'exposition personnelle de l'artiste à la Kunsthalle de Bâle, du 12 juin au 16 août 2015. Partenaires : Kunsthalle Basel47 Canal,  MIT, Lafayette Anticipation, Fondation d'entreprise Galeries Lafayette.

Gilles Kraemer

Musée Solomon R. Guggenheim, New York © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, New York, 2016.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article