Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gilles Kraemer

Pieta for World War I, de Thomas Bayrle, maquette pour la "Tapisserie du Centenaire de la Première Guerre mondiale", tissage l'atelier Patrick Guillot au sein de la Cité internationale de la tapisserie. Collection Cité internationale de la tapisserie, Aubusson © Photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Aubusson, juillet 2016.

La tapisserie officielle du Centenaire de la Première Guerre mondiale, œuvre "à quatre mains" de l'artiste allemand Thomas Bayrle et du lissier Patrick Guillot, tissée à Aubusson, a été présentée à l'Historial franco-allemand de la Grande Guerre, sur le site du Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin), inauguré le 10 novembre 2017.

Avec cette tapisserie du Centenaire, la Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson avait initié le principe de "commande mécénée" où l'acquisition d'une maquette d'artiste est mécénée par un privé. Le groupe Würth a ainsi financé pour 30 000 euros la maquette de l'artiste plasticien allemand Thomas Bayrle (né en 1937, Berlin). Ce même principe est repris aujourd'hui pour Clément Cogitore avec Ghost_Horseman_of_the_Apocalypse_in_Cairo_Egypt.jpg. mécéné par la Fondation d'entreprise AG2R LA MONDIALE.

 

 

 

Tissage en cours de la tapisserie du Centenaire, Pietà for World War I, d'après Thomas Bayrle, par l'Atelier Patrick Guillot © Photographie : Cité de la tapisserie.

Métier sur lequel fut tissé Pieta for World War I, de Thomas Bayrle, maquette pour la "Tapisserie du Centenaire de la Première Guerre mondiale", tissage l'atelier Patrick Guillot au sein de la Cité internationale de la tapisserie. Collection Cité internationale de la tapisserie, Aubusson © Photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Aubusson, juillet 2016.

Le projet, labellisé par la Mission du Centenaire 14-18, a été initié dès le début des commémorations en 2014 par la Mission du Centenaire 14-18 et le Syndicat mixte de la Cité internationale de la tapisserie, puis dans une démarche de partenariat avec le Comité du Monument national du Hartmannswillerkopf. Thomas Bayrle, vivant et travaillant à Francfort, pionnier du Pop Art, a proposé une Pietà poignante, une mère pleurant son fils tenu entre ses bras, constituée par la répétition du même motif : des têtes de morts déclinées et étirées dans la matérialisation des contours de la Pietà en trois dimensions. Cette multitude de crânes, esquissant cette Pietà, représente autant de pères, de frères, de maris ou de fils tombés sur les champs de bataille.

 

Choix des couleurs de la Pieta for World War I, de Thomas Bayrle, maquette pour la "Tapisserie du Centenaire de la Première Guerre mondiale", tissage l'atelier Patrick Guillot au sein de la Cité internationale de la tapisserie. Collection Cité internationale de la tapisserie, Aubusson © Photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Aubusson, juillet 2016.

La tapisserie de 21 m² a demandé 14 mois de travail à l’Atelier Patrick Guillot (Aubusson) dans un tissage de laine, coton, soie, rayonne, viscose et polyester.

Exposée à l'Historial, cette tapisserie sera visible dès février 2018 à Aubusson.

 

Gilles Kraemer

www.memorial-hwk.eu

www.cite-tapisserie.fr

www.lecurieuxdesarts.fr/2016/10/cogitore.html

L'artiste est représenté par la galerie Air de Paris www.airdeparis.com/past.htm,  son exposition Cowboy Tapisserie Pietà 10 novembre 2016 - 14 janvier 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article