Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Philippe Nuell. Derrière lui I wish you ware here. 2017. Huile et acrylique sur toile, 168 x 158 cm.  © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2 septembre 2017, galerie ALB | Anouk Le Bourdiec, Paris.

 

Tatouages japonais aux bras - il peut les montrer en France, une situation impossible à Kyoto lorsqu'il s'y rend avec son épouse native de ce pays - Philippe Nuell (1970, Toulouse) expose chez Anouk Le Bourdiec pour la première fois. Première exposition personnelle à Paris pour cet artiste qui vécut plus de 20 ans à New York. La galerie Sollertis à Toulouse - fermée aujourd'hui - présenta son travail.

Life is good, titre de son exposition autour d'un certain rêve étasunien. "Décalage" est un mot qui revient très souvent lorsqu'il présente son travail. "Images en décalage". "Clichés américains en décalage". "Idéologie en décalage ". Une certaine Amérique, d'une apparente banalité sublimée comme il le souligne, celle des années 50 et 60. Le passéisme de l'image, mais est-ce vraiment le passé, n'est-ce pas l'image actuelle d'un pays triste. Son histoire se réduit à Mickey et Minnie, les éternels fiancés. N'y a-t-il pas une autre culture ? Des personnes âgées, les yeux vagues, devant leurs caravanes. Une femme dans une chambre d'un goût qui n'a pas de goût. Une famille, caricature de l'American dream, tout sourire, devant sa voiture.

Ce n'est pas le "tea time" mais le Pool time selon Philippe Nuell. 2017. Huile et acrylique sur toile, 215 x 165 cm. © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2 septembre 2017, galerie ALB | Anouk Le Bourdiec, Paris.

 

Et des piscines, des piscines - Philippe Nuell ne cache pas un clin d'œil aux californiennes swimming pools - mais sans ces hommes aux corps de rêve s'y "splashant" ou nageant selon David Hockney. Des corps solitaires, avachis, vieux, devant des piscines publiques ou privées d'un immeuble inachevé mais des piscines vides, irrémédiablement vides, abandonnées. Rien, rien de rien. À s'interroger si elles ont connu des baigneurs ! Le rêve américain est bien loin ou n'a jamais existé, seulement en photographie ou en film. La rémanence. La vie est-elle si bien dans cette temporalité que l'on ne saisit pas ? Est-on dans un temps du passé ? Dans un temps du présent ? "Un rêve de bonheur mais qui n'est en réalité qu'une "ère du vide"" selon Jacques Rivet dans son texte Le rêve américain, un rêve brisé ? Avec cette interrogation sur ces attentes, ces solitudes, ces détresses. L'humour dans le tragique ou le tragique dans l'humour. Dans cette peinture de Philippe NuelL, la tragique réalité, non fardée, est celle d'un pays sans aucun rêve.

Gilles Kraemer

Philippe Nuell. Life is good

2 septembre - 10 octobre 2017

Galerie ALB | Anouk Le Bourdiec

47, rue Chapon - 75003 Paris

http://www.galeriealb.com

Plaquette. Écrits de Philippe Nuell, Anouk Le Bourdiec, Jacques Rivet. 16 pages.

De 3 000 à 12 000 euros, œuvres sur papier, toile ou bois.

Qu'attendent-ils, à quoi songent-ils dans leur enfermement selon Philippe Nuell ?  Thanks Duane. 2017. Huile et acrylique sur toile, 215 x 165 cm. © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, 2 septembre 2017, galerie ALB | Anouk Le Bourdiec, Paris.

Tag(s) : #Expositions Paris, #Entretien à 210 km-h