Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boisgeloup, l’atelier normand de Picasso © Photographie Le Curieux des arts, Gilles Kraemer, 2017

Picasso. Encore ! Toujours Picasso ! Interrogation perpétuelle et rituelle, songe-t-on chaque année, avec toutes ces expositions relatives au natif de Malaga. Surtout que depuis ce printemps 2007, un cycle d'expositions Picasso-Méditerranée, initié dans plus de 60 institutions européennes plus Rabat en 2017, Jérusalem en 2018 et Izmir en 2019, autour de son œuvre obstinément méditerranéenne, a commencé. Ce, jusqu'en 2019, à l’initiative du musée Picasso-Paris. Parmi celles-ci Picasso à Perpignan. Le cercle de l’intime - 1953-1955 au musée Hyacinthe Rigaud de Perpignan qui vient de réouvrir après plusieurs années de fermeture pour agrandissement et travaux de rénovation (coût de 8 853 000 euros).

"Picasso, encore Picasso, pourquoi encore une exposition Picasso, a-t-on encore quelque chose de nouveau à dire sur lui" s'amusait ironiquement Sylvain Amic, lorsqu'il présenta l'exposition Boisgeloup, l'atelier normand de Picasso à Rouen, au musée des Beaux-Arts. "Mais, sait-on, rajouta-t-il, "ceci est un scoop, que Picasso fut normand". Il le devint lorsqu'il acheta un bien, son premier bien, près des Andelys et de la figure tutélaire de. Poussin mais aussi de Giverny et de Monet ou comme le souligne Bernard Ruiz-Picasso "de Varengeville et de Georges Braque". Ce grand manoir en grande partie de la fin du XVIIIe siècle, à Boisgeloup, près de Gisors, acquis en juin 1930, il y résidera en famille et y travaillera jusqu'à l'automne 1936. Il laissera cette demeure à Olga, son épouse, après leur séparation en juin 1935. Cette résidence secondaire appartient aujourd'hui à Bernard Ruiz-Picasso, petit-fils du peintre et d'Olga.

Le château de Boisgeloup © Le Curieux des arts, Gilles Kraemer, 2017

Jusqu'à présent aucune exposition n'avait été consacrée à cette période normande, intensément créatrice et féconde de Pablo, qui y développa ses sculptures dans les grands espaces et volumes des remises offerts à lui, peintre, dessinateur, graveur, photographe mais aussi écrivain. "Un laboratoire expérimental" comme le souligne Virginie Perdrisot, co-commissaire avec Sylvain Amic de cette exposition, un "laboratoire des formes" pour des sculptures ou tableaux imaginés de morceaux de bois, de végétaux, de ficelles.

Picasso-Perpignan. Le cercle de l'intime, 1953-1955 // Picasso-Perpiyà. El cercle intim, 1953-1955 © Photographie Le Curieux des arts, Gilles Kraemer, 2017

Un second scoop concerne Perpignan, en pays catalan, proche de cette Espagne où il s'était juré de ne plus revenir tant que le général Franco en serait le Caudillo. Sait-on que Picasso séjournera dans cette ville, entre 1953 et 1955, avec ses femmes - Françoise Gilot sa compagne depuis 1943 dont il se sépare en 1953 puis Jacqueline Roque rencontrée en 1952 qui viendra avec sa fille Cathy née d'un mariage précédent - et ses enfants - Paulo, fils d'Olga, Maya, fille de Marie-Thérèse, Claude et Paloma, enfants de Françoise -, dans l'hôtel de Lazerme, invités par leurs propriétaires le comte Jacques et son épouse Paule ? Ce temps perpignanais décrit comme "une transition familiale de Françoise à Jacqueline" par Eduard Vallès dans le catalogue de l'exposition.

Dans cet hôtel Lazerme, devenu aujourd'hui le nouveau musée Rigaud après agrandissement, comme le soulignait Eduard Vallès, commissaire de Picasso à Perpignan, si "Picasso a séjourné ici, il y a travaillé et certaines œuvres réalisées ici sont présentes dans cette exposition" dont les portraits de son hôtesse en costume catalan (août 1954) et des porte-serviettes au nom des convives, jusqu'à 28 à la table largement ouverte aux arts des Lazerme, en septembre 1953. 

Boisgeloup ou Boix-Jaloux, "un bois dans lequel on se cacherait pour préserver son intimité". Celle de Picasso, de son épouse Olga et de leur fils Paul. Celle de ses amis Kahnweiller, Braque, Leiris ou Zervos. Marie-Thérèse Walter sa maîtresse depuis 1927, si inspiratrice de ses peintures Femme au fauteuil rouge ou Nu couché, de ses sculptures Tête de femmes, ce "génie du lieu" n'y serait venue qu'une seul fois, au printemps 1931. 

Hôtel Lazerme, là aussi lié à un joli nom puisque situé rue de l'Ange, lieu de discrétion souhaité par le minotaure "Jacques [de Lazerme] servez-moi d'écran et fermez votre porte, que j'ai enfin la paix". Lieu de repos et de retrouvailles avec ses enfants comme ceci apparaît sur des photographies d'un père aimant et taquin. Une photographie de septembre 1954 d'un déjeuner chez les Lazerme figure même à la même table Pablo, son ex-compagne Françoise et Jacqueline. Dans Perpignan, si proche de Barcelone où il vécut et étudia, il y retrouve cette catalanité qui est toujours en lui; comme les hommes de cette région portant comme coiffe la populaire barretina, il l'adoptera à Perpignan. Il se fera photographier, arborant cette coiffe, par Raymond Fabre dont le studio était installé au rez-de-chaussée de l'hôtel Lazerme. 

Il aura fallu attendre près de 90 ans et plus de 60 ans pour que ces deux lieux, normand et catalan, hautement picassiens, fassent l'objet d'une entière exposition dédiée. Comme pour cette année aussi Olga Picasso au musée Picasso-Paris et la découverte de la correspondance d'Olga dans sa malle... Goyard. Trois expositions consécutives, un subtil tiercé gagnant, apportant des éclairages novateurs sur ces instantanés de Pablo Picasso (1881-1973). Avec en filigrane ses amours, celles avec Olga, Marie-Thérèse Walter, Françoise Gilot, Jacqueline Roque. La femme, la femme toujours présente dans l'œuvre de Pablo, dont sa représentation sans cesse renouvelée, vers un embellissement ou un enlaidissement, laisse sourdre ses sentiments, celle du sentimental-minotaure. 

Gilles Kraemer (envoyé spécial à Rouen

déplacement à titre strictement personnel à Perpignan)

 

 

Picasso-Perpignan. Le cercle de l'intime, 1953-1955 // Picasso-Perpiyà. El cercle intim, 1953-1955.

Commissaire de l'exposition Eduard Vallès, Commissariat général Claire Muchir.

Musée d'art Hyacinthe Rigaud, Perpignan. 24 juin - 5 novembre 2017

Catalogue. Eduard Vallès Picaso et Perpignan des séjours sous le signe de l'amitié; Brigitte Payrou-Neveu, Intellectuels et artistes aux côtés de Picasso, à Perpignan; Claire Muchir, Picasso et les Lazerme un dieu rue de l'Ange; Lluïsa Sala i Tubert, Manolo Hugué le sculpteur ami de Picasso; Eduard Vallès La transition familiale de Françoise à Jacqueline; Joséphine Matamoros La barretina comme prétexte; Francesca Fabre & Brigitte Payrou-Neveu Chronologie. 176 pages. Coédition Éditions Snoeck-Musée Rigaud. 20 €. 

 

 

Trois expositions pour une saison dédiée à Picasso à Rouen mbarouen.fr/fr/le-musee-des-beaux-arts

 

Boisgeloup, l’atelier normand de Picasso.

Commissariat général Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains et Virginie Perdrisot, conservatrice chargée des peintures (1922-1937), des sculptures et des céramiques, musée national Picasso-Paris.

Musée des Beaux-Arts, Rouen. 1er avril - 11 septembre 2017.

Catalogue. Essais de Virginie Perdrisot-Cassan L'atelier de Boisgeloup ou la parenthèse créative; Jonathan Wood Photographie, plâtre et création dans l'atelier de sculpture de Boisgeloup; Diana Widmaier-Picasso Marie-Thérèse Walter, muse de Boisgeloup, Cécile Godefroy Boisgeloup, lieu de création; Coline Zellal La presse et le crayon : la fabrication du mythe. Avec un entretien de Bernard Ruiz-Picasso. 256 pages. 250 illustrations. Artlys éditions. 39 €. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Picasso. Sculptures. Céramiques.

Commissariat général Sylvain Amic. Commissaires associés Jean-Louis Andral, directeur du musée Picasso à Antibes, Paul Bourassa et Léopold L. Foulem, commissaires de l'exposition.

Musée de la céramique - Rouen - 1er avril - 11 septembre 2017.

Cette exposition souligne la dimension sculpturale de la production de céramique de Picasso à travers des œuvres issues principalement du Musée national Picasso Paris et du Musée de la Céramique d’Antibes.

Catalogue. Textes de Jean-Louis Andral La matière & la forme; Léopold L. Foulem, La "céramicité" des sculptures de Pablo Picasso, Paul Bourassa Picasso : céramique & sculpture. 112 pages. 80 illustrations. Artlys éditions. 19,50 €. 

 

 

 

 

 

González / Picasso. Une amitié de fer.

Commissariat général Sylvain Amic. Commissaires associées Anne-Charlotte Cathelineau, conservatrice du musée Le Secq des Tournelles et Brigitte Léal, directrice adjointe du musée national d'art moderne / Centre Pompidou.

Musée Le Secq des Tournelles - Rouen. 1er avril - 11 septembre 2017.

À travers une quarantaine d’œuvres issues du fonds du Musée national d’art moderne (sculptures en fer, en cuivre et en bronze, objets d’art, œuvres graphiques, peinture) l’exposition retrace l’évolution des sculptures de Julio González depuis ses premiers ouvrages de ferronnerie jusqu’à la déconstruction de la silhouette humaine, en passant par l’orfèvrerie et son engagement en faveur des victimes de la guerre civile d’Espagne.

Catalogue. Textes de Brigitte Léal L'ange et le minotaure; Anne-Charlotte Cathelineau Un âge d'or du fer. Brigitte Léal. 112 pages. 60 illustrations. Artlys éditions. 25 euros. 

 

 

 

 

Olga Picasso

21 mars - 3 septembre 2017 - Musée national Picasso-Paris  www.museepicassoparis.fr

Première exposition consacrée aux années partagées entre Pablo Picasso et sa première épouse, Olga Khokhlova (1891-1955). Peintures, dessins, éléments de mobilier, archives écrites et photographiques inédites à travers une sélection de plus de 350 œuvres. Si les époux se séparent définitivement en 1935, ils restent mariés jusqu'à la mort d'Olga. 

Catalogue sous la direction d'Emilia Philippot, Joachim Pissarro et Bernard Ruiz-Picasso. Avec près de 200 œuvres et 80 images d'archives, ce catalogue permet de découvrir le destin extraordinaire d'Olga et la métamorphose que le peintre fait subir à son modèle au fur et à mesure de l'évolution de leur relation conjugale. Avec des archives inédites issues de la Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte (FABA). 336 pages. 280 illustrations. Coédition Musée national Picasso-Paris/Gallimard. 39 €.

 

 

Autres expositions Picasso dans le cadre Picasso-Méditerranée   picasso-mediterranee.org/index.html#fr/map

Piedad y terror en Picasso. El camino a Guernica, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid. 5 avril-4 septembre 2017

Picasso and Rivera, Museo del Palacio à Mexico. 31 mai-10 septembre 2017

Palau regarde Picasso Fundación Picasso - Museo casa natal, Malaga, septembre-octobre 2017 et Fundación Palau, caldes d’estrac, Barcelone, Espagne 25 octobre 2017-7 avril 2018

Picasso à la mer, galerie des Hospices, Canet-en-Roussillon 22 juin-10 septembre 2017

Picasso et le monde de l’enfance, Musée du jouet de Catalogne, Figueras, Espagne 17 juin-02 octobre 2017

Picasso à la plage, Collection Peggy Guggenheim, Venise, Italie 26 août 2017 07 janvier 2018

Pablo Picasso, entre cubisme et néo-classicisme : 1915-1925, Scuderie del Quirinale, Rome, Italie 21 septembre 2017-21 janvier 2018

Picasso à Barcelone Museu Picasso, Barcelone, Espagne 25 septembre 2017-15 février 2018

La suite Vollard Centre d’art La Malmaison, Cannes 10 novembre 2017-29 avril 2018

Tag(s) : #Expositions France, #Expositions Paris, #Livres

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :