Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Gustave Klimt (1862-1918), Judith II (Salomé) ou Judith II, 1909. Huile sur toile. 176 x 46 cm.. // Giuditta II (Salomé), 1909. Olio su tela. Ca' Pesaro - Galleria Internazionale d’Arte Moderna, Fondazione Musei Civici di Venezia. Remerciements service de presse MUVE.

Si entre la Sérénissime et Mestre, la lagune et la terre ferme - car la commune de Venise, le sait-on outre-Alpes, est l'union de ces deux villes - si entre la Fondation des Musées Municipaux de Venise et le Centro Culturale Candiani de Mestre il n'existait aucune passerelle, c'est chose faite maintenant. Sous le vocable "Corto circuito. Dialogo tra i secoli ". Incroyable ! Comme une comédie-dramatique, en 2 prologues, trois actes et un épilogue dans laquelle Venise se complaît parfois. Judith II (Salomé) de Gustav Klimt (1909) quitte quelques temps la Ca'Pesaro - Galleria Internazionale d'Arte Moderna pour un accueil triomphal dans le Centro Culturale Candiani de Mestre, à l'architecture à oublier de suite comme le circuit labyrinthique pour accéder à l'exposition! Cette première exposition dans ce centre inaugure un retournement total de situation. Luigi Brugnaro l'actuel maire ne clama-t-il pas haut et fort, propos largement médiatisés, sa volonté de vendre Judith II - inaliénable d'ailleurs - en octobre 2015, après avoir été élu en juin de la même année. Manifestement, ceci n'est plus d'actualité, voici Judith sacralisée !

 

Vue de l'exposition Attorno a Klimt. Giudetta, eroismo e seduzione © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Centro Culturale Candiani, Mestre, 24 janvier 2017

Traversant le pont de la Liberté, unissant la ville de Saint Marc à Mestre, Judith II (Salomé) a perdu Salomé sur le cartel et dans le catalogue. Volte-face, virage à 3333 degrés depuis son accession au statut d'icône incontournable, affichant partout son profil. Enfin pas partout car la publicité n'est pas le fort de cette exposition. La plume du maire devient lyrique dans la préface du catalogue, les mots de "satisfaction" "chef-d'œuvre", "aujourd'hui célébrée dans le monde entier" fusent. A-ton déjà oublié qu'elle fut l'une des pièces maîtresses de l'exposition Klimt nel segno di Hoffmann e della Secessione au musée Correr (24 mars-12 juillet 2012) du temps du précédent maire Giorgio Orsini et qu'elle figurait en quatrième de couverture du catalogue aux tranches noires ?

Vue de l'exposition Attorno a Klimt. Giudetta, eroismo e seduzione. Au premier plan Gustav Klimt, Judith II. Au second, lithographies d'Edvard Munch, L'Urne (1896) & La Vanité (1899). Au fond cycle des Mille et une nuits (1914) de Vittorio Zecchin © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Centro Culturale Candiani, Mestre, 24 janvier 2017

Elle fut acquise en 1910 par la municipalité de Venise, lors de la IXe Exposition internationale d'Art de la Ville de Venise - ancêtre de la Biennale de l'art - ce que rappellent quelques documents au cœur de l'exposition. Exposition subtilement mise en scène par l'un des maîtres de l'opéra, Pier Luigi Pizzi, dans un jeu de lumières, de couloirs, d'échappées, de regards croisés, un parcours chronologique dans lequel figure Judith avec la tête d'Holopherne (1630-1635), une toile de Francesco Cairo lui appartenant. Une soixantaine de pièces est présentée venant des Musei Civici di Venezia - Ca'Pesaro, Biblioteca del Museo Correr, Museo Correr, Museo di Palazzo Mocenigo, ca'Rezzonico, Museo Fortuny -, du Mart, de collections privées dont quatre dessins d'Egon Schiele en dépôt à Ca'Pesaro.

Jacopo Amigoni (Venise, 1682 - Madrid, 1752), Jaël tuant Siséra. Huile sur toile. 140 x 142 cm.. // Giaele uccide Sisara, 1739-1752. Olio su tela. Fondazione Musei Civici di Venezia, Ca' Rezzonico - Museo del Settecento Veneziano. Remerciements service de presse MUVE

Naturellement, Klimt a la place d'honneur, au bout d'un long couloir, surgissant de la nuit telle une star sous les lumières. Ce n'est plus la veuve héroïque d'un des mythes les plus fascinants de la Bible, la femme courageuse et sage, salvatrice, triomphante du mal telles que des estampes du XVIe et du XVIIIe siècles, les toiles de l'atelier de Cristofano Allori (moitié du XVIIe siècle) ou de Jacopo Amigoni (1739-1752) nous la restituent.

Vittorio Zecchin (Murano 1878 – 1947), Cortège des princesses du cycle des Mille et une nuits, 1914. Huile et or sur toile. 171 x 143 cm.. // Corteo delle principesse, 1914. Olio e oro su tela. Fondazione Musei Civici di Venezia, Ca' Pesaro - Galleria Internazionale d’Arte Moderna. Remerciements service de presse MUVE

Elle est devenue avec Klimt , selon les propos de Gabriella Belli, une femme de son temps, du temps du père de la psychanalyse, "une femme qui a découvert sa propre sensualité", qui a connu la passion, qui s'est offerte à Holopherne, qui a découvert le désir de donner la mort, "une femme à la fois séductrice et une cruelle assassin, femme fatale [en français dans le texte] et vengeresse". Une représentation de la castration avec la tête de l'assyrien aux yeux clos, non ceux de la mort mais de l'extase alors que Judith est ailleurs, dans un autre monde. Le monde des femmes de passion, d'amour, de séduction, égales de l'homme, qui s'unissent parfois aux dieux. Léda chez un peintre maniériste florentin. Europe ou Danaé chez Luigi Bonazza (1912). Adoratrice du satyre Pan selon Félicien Rops ( vers 1886). Princesses peintes d'huile et d'or dans les grands panneaux de Vittorio Zecchin (1914).

Vue de l'exposition Attorno a Klimt. Giudetta, eroismo e seduzione. À gauche Rocco Normanno (Taurisano, Lecce, 1974), Judith et Holopherne, 2006. Huile sur toile. 110 x 140 cm.. Pistoia, collection privée // À droite Giuseppe Zanoni (Porto Ercole, Grosseto, 1970) Giuditta e Oloferne, 2010. Diapositiva 4x5", stampa fine art su carta Hahnemühle Baryta e montaggio su Dibond. Courtesy dell'artista © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Centro Culturale Candiani, Mestre, 24 janvier 2017

Femme décidant de son destin, toujours aussi victorieuse dans un photographie de Giuseppe Zanoni (2010) ou une peinture de Rocco Normanno (2006) c'est avec ces deux œuvres que se termine cette exposition qui augure favorablement le futur de ce centre. Pour l'instant, aucune communication de la programmation. Pourquoi pas un peintre vénitien après cette subtile et passionnante ouverture ? Une parfaite réussite

Gilles Kraemer (déplacement et séjour à titre strictement personnel à Venise)

Attorno a Klimt. Giudetta, eroismo e seduzione. Autour de Klimt. Judith, héroïsme et séduction

14 décembre 2016 - 5 mars 2017

Centro Culturale Candiani - Mestre

Commissariat de Gabriella Belli et d'Elisabetta Barisoni

Catalogue. 112 pages. Lineadacqua edizioni. Prix 12 euros.

Internet www.visitmuve.it/category/it/mostre/archivio-mostre/mostre-in-programma

Rigraziementi al Ufficio stampa dei Musei civici di Venezia

 

Tag(s) : #Venise et Italie