Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soucoupe volante ? Nullement ! Le lustre dans la rotonde des donateurs qu'occupe maintenant "un espace à vocation pédagogique" de la bibliothèque de l'École nationale des chartes. Cette rotonde a retrouvé son éclat initial avec la subtile restauration de son décor peint qui était recouvert d'un papier collé et de son plafond orné d'un ciel par Pierre-Victor Galland (1822-1892)

Stalactite, mine de crayon, chapeau pointu ! Pas du tout. Le lustre du hall Labrouste donnant accès à salle Labrouste. Il nous faudra les explications de l'équipe de l'Agence Bruno Gaudin architectes pour comprendre que ce luminaire est une référence à la vasque que l'architecte Henri Labrouste (1801-1875) avait projeté d'installer à cet endroit précis. Ceci va mieux en le sachant © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, présentation presse, 5 janvier 2017

"Une nouvelle étape pour Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France, un moment important pour le quadrilatère Richelieu qui avait besoin de restauration" dit elle, lorsqu'elle présente le nouveau site Richelieu, au côté de Michelle Bubenicek, directrice de l'École nationale des chartes et Éric de Chassey, directeur général de l'Institut national d'histoire de l'art. Ce site abrite son institution historique : la BnF, l'INAH présente sur le site depuis 1993 et, aujourd'hui la nouvelle venue : la bibliothèque de l'École nationale des chartes. "Ceci correspondait à trois ambitions souligne-t-elle. Ambition architecturale pour réécrire le bâtiment dans le quartier du Palais Royal et l'ouvrir sur la ville. Ambition d'un lieu de recherche dans cet endroit magique. Ambition culturelle pour tous les publics". Coût de cette première phase : 232 millions d'euros, le ministère de la Culture et de la Communication en prenant 80% et le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche 20 %. Auxquels s'ajoutent 20 millions d'euros financés par la BnF, sur fonds propres et mécénat.

Le nouveau site Richelieu ouvre après une première phase de restructuration s'étant déroulée de 2011 à 2016. Un vaste quadrilatère de 58 000 m², entre rues de Richelieu, Colbert, Vivienne et des Petits-Champs, à quelques pas du Palais Royal et du ministère de la Culture. Ce ministère sera ainsi plus proche pour suivre le devenir de l'escalier, à côté de la salle Ovale, qui permettait d'accéder à la Salle de lecture des Manuscrits, à la galerie Mazarine et au musée des Médailles, monnaies et antiques. Escalier inscrit en 1983 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques (ISMH), dû à Jean-Louis Pascal (1875-1912), remanié en 1987, la volée haute de ses marches ayant été inversée. Il devrait être détruit dans le cadre du projet architectural de Richelieu confié à l'agence Bruno Gaudin architectes. Lire l'article sous le beau titre si cinématographiquement Louis Malle : BNF : escalier pour l'échafaud du 5 mars 2014 www.lecourrierdelarchitecte.com/article_5511  et l'article dans Le Figaro du 12 janvier 2017 www.lefigaro.fr/culture/2017/01/12/03004-20170112ARTFIG00306-escalier-de-la-bnf-la-polemique-revient.php. À suivre.

Le magasin central, salle Labrouste, bibliothèque de l'INHA avec 80 places de lecture © photographie Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, présentation presse, 5 janvier 2017

400 places pour l'INHA soit 320 dans la salle Labrouste, 80 en magasin central dont 37 seront réservés au département des Estampes et de la photographie de la BnF durant la phase 2 des travaux. 57 places pour l'ENC. Les départements des Manuscrits, des Arts du spectacle et des Monnaies de la BnF se répartissent 122 places. Pour un horizon de neuf salles de lecture en 2020 avec l'ouverture de deux salles pour le département des Estampes et de la photographie, une salle pour le département des Monnaies et une salle pour le département de la Musique. Puisque nous en sommes aux chiffres, les collections de la BnF à Richelieu s'élèvent à plus de 20 millions de documents, celles de l'INHA à 1,7 million de documents ce qui en fait l'une des plus grandes collections de livres, de revues en histoire de l'art et archéologique et celles de l'ENC à 150 000 volumes.

La salle Labrouste, bibliothèque de l'INHA avec 320 places de lecture, magnifiquement restaurée. Splendide. Neuf coupoles soutenues par seize fines colonnes, fresques d'Alexandre Desgoffe  © photographie Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, présentation presse, 5 janvier 2017

 

 

 

 

Non, il ne s'agit pas de la salle des chevaliers de la table ronde mais de "l'espace à vocation pédagogique" de la bibliothèque de l'ENC. Immense table ronde envahissant totalement l'espace, prévue pour 19 personnes qui disposeront de 6 prises électriques ! Au milieu, devra prendre place un meuble accueillant des estampes © photographie Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, présentation presse, 5 janvier 2017

 

 

 

 

 

 

Bruno Gaudin, lors de la conférence de presse du 5 janvier 2017, insista sur "l'importance de ce lieu patrimonial et de l'ampleur du projet architectural sur un lieu qui a trois siècles. L'accès à la culture est aujourd'hui différent. Comment ne pas penser que l'architecte ne prenne pas en compte cette évolution". Il fallait "donner une forme architecturale en y accédant mieux et y travailler le mieux possible. Ouvrir les portes plus largement. Créer des espaces pour accueillir. Créer des chemins pour fluidifier et transformer ce labyrinthe" .

La Galerie de verre reliant la Rotonde des Arts du spectacle à la salle de lecture des Manuscrits © photographie Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, présentation presse, 5 janvier 2017

 

 

 

 

 

La Galerie de verre reliant la Rotonde des Arts du spectacle à la salle de lecture des Manuscrits vue depuis la cour d'honneur © photographie Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, présentation presse, 5 janvier 2017

 

 

 

 

Surtout en créant, ou plutôt en récréant puisqu'existait une galerie en bois, la Galerie de verre reliant la Rotonde des Arts du spectacle jusqu'à la salle de lecture des Manuscrits en passant par dessus le toit de l'aile d'entrée ! Si l'effet est intéressant en l'empruntant, comme pour procurer la sensation de marcher sur les toits de Paris, de la cour d'honneur l'on ne voit que cette galerie. Visuellement trop présente.

Gilles Kraemer

Site Richelieu

58 rue de Richelieu - 75002 Paris pour la BnF et  l'INHA

www.bnf.fr/fr/acc/x.accueil.html & inha.fr/fr/index.html

A partir de mars 2017 pour la bibliothèque de l'ENC au 12, rue des Petits-Champs

www.enc-sorbonne.fr/

 

 

Tag(s) : #Patrimoine, #Livres