Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Attention, "chefs-d'œuvre" du Museum of Modern Art de New York, comme le proclame le titre de cet ouvrage ! Tout amateur d'art moderne et contemporain connaît l'adresse du MoMA, 53ème rue, entre 5ème Avenue et Avenue of the Americas. De sa fondation en 1929 dans un petit bâtiment de la 5ème Avenue, comme le rappelle Glenn David Lowry directeur du MoMA dans la préface, cette institution est devenue l'immense immeuble de la 53ème rue dont la dernière extension par l'architecte japonais Yoshio Taniguchi fut terminée en 2004. Le MoMA, c'est une collection de 100 000 pièces, allant du tableau La Nuit étoilée de Vincent Van Gogh (1889) au Paravent en bois laqué d'Eileen Gray (1922), du Fauteuil rouge et bleu en bois peint de Gerrit Rietveld (vers 1923) à L'Homme pointant du doigt (1947) sculpture d'Alberto Giacometti, du Lampadaire Arco (1962), d'Achille Castiglioni & Pier Giacomo Castiglioni à une photographie d'Eugène Atget, Magasin, avenue des Gobelins (1925). Comme une réunion du Centre Georges Pompidou, du Musée d'art moderne de la Ville de Paris et de la partie moderne des Arts décoratifs en un seul lieu soit 10 000 dessins, 53 000 gravures et œuvres illustrées, 25 000 photographies, 3 600 peintures et sculptures, 28 000 pièces liées à l'architecture et à la création, 22 000 films, vidéos et autres œuvres liées aux médias.

Le choix s'est porté sur 240 œuvres présentant un panorama de cette collection, toutes qualifiées comme des chefs-d'œuvre ! Peut-on mettre sur un même pied d'égalité la Micro compact car Smart (1998) et Formes uniques de la continuité dans l'espace (1913) d'Umberto Boccioni ? Une calculatrice électronique avec imprimante Divisumma 18 (1972) de Mario Bellini et La Jungle (1943) de Wifredo Lam qui fut l'une des toiles les plus importantes de l'exposition de cet artiste au Centre Georges Pompidou à l'automne 2015 ? Ne vous attendez pas à voir lors de votre prochain séjour new yorkais tout ce choix de 240 pièces. Ce qui est certain, c'est que vous y verrez toujours, dans la seconde salle et face à vous Les Demoiselles d'Avignon (1907) de Pablo Picasso, l'une des icônes de l'art et quelques salles plus loin La Danse (première version) (1909) d'Henri Matisse, autre icône qui a révolutionné l'histoire de l'art [La Danse II se trouve au musée de l'Ermitage à Saint-Petersbourg, ex-collection Serguei Chtchoukine. Ces deux versions furent exposées au Centre Pompidou à l'hiver 1993, Henri Matisse 1904-1917] avant que vous accédiez à la salle réunissant Constantin Brancusi, Fernand Léger et Piet Mondrian. Cette institution vit, les toiles sont prêtées à des expositions, l'accrochage souvent renouvelé et les collections redéployées. Un exemple, la troublante toile, peut être trop troublante La Rue (1933) de Baltusz Klossowski de Rola, Balthus plus simplement, longtemps présentée à l'entrée des salles du MoMA (page 157) a laissé sa place en 2016, après avoir été exposée à l'automne 2015 aux Scuderie del Quirinale à Rome lors de l'exposition Balthus, à un sage Andy Warhol Boîtes de soupe Campbell (1962), 32 boîtes de soupe Campbell (pages 228 et 229). Certaines notices auraient pu être rédigées de façon différentes. Que penser, pour L'Atelier rouge (1911) d'Henri Matisse de cette phrase "Mais l'atelier lui-même, défini par des lignes éthérées et de subtiles discontinuités spatiales, reste l'univers privé du peintre" ? Ou pour Trois femmes (1921) de Fernand Léger : "Le tableau est comme un beau moteur, dont les éléments fonctionnent en parfaite harmonie" définition beaucoup plus adéquate lorsque l'on parle de peinture futuriste. Attention aussi à certaines présentations d'estampes comme Minotauromachie (1935) de Pablo Picasso dont la notice n'indique pas l'état, s'agit-il du Ier ou du VIème ou du VIIème état !

Gilles Kraemer

 

Les chefs-d’œuvre du Museum of Modern Art New York. Introduction de Glenn David Lowry, directeur du MoMA. 304 pages. 300 illustrations. 24 x 29,5 cm.. Relié sous jaquette. ISBN 978-2-8099-1362-0. Parution : novembre 2016. Éditions Place des Victoires. Prix 39,95 €.

 

 

 

 

Vue de salle des Constantin Brancusi et des Fernand Léger, MoMA, New York © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, mars 2014

Tag(s) : #Livres, #Brèves de New York

Partager cet article

Repost 0