Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

Rémy Cogghe [né Rémi Coghe] (Mouscron, Belgique, 1854 - 1935 Roubaix), Madame reçoit, 1908. Huile sur toile, 92,5 x 66,5 cm.. Roubaix, musée d’art et d’industrie André Diligent– La Piscine © musée La Piscine (Roubaix), Dist. RMN-Grand Palais / Alain Leprince

Ce n'est vraiment pas beau d'écouter aux portes !

Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de languir ce qu'elle s'interdit". "The only way to get rid of a temptation is to yield to it". Alors, écoutez Oscar Wilde, si vif à user de quelques aphorismes. Et après avoir visité l'exposition que le musée du Petit Palais à Paris consacre (jusqu'au 15 janvier 2017) à cet impertinent absolu, prenez vite le premier train en partance pour Villefranche-sur-Saône. Tentations. L'appel des sens vous attend. Attention, ne vous enflammez pas trop rapidement, vous ne serez pas confronté au stupre et aux délices de Capoue. C'est soft, très soft, juste un peu de peau, une courbe, un sein, un dos nu, tel que ceci se pratiquait au XIXe siècle, juste de quoi émoustiller le bourgeois-collectionneur. "Méfiez-vous cependant puisque derrière les tentations apparaissaient les vices associés aux sens, ce qui dissocie l'homme du divin" rappellent les commissaires de cette exposition. En une centaine d'œuvres d'artistes français, de 1830 à 1914, dont nombre de la région lyonnaise ou qui y séjournèrent - provenant en majorité de ce musée, avec des prêts privés et d'institutions françaises -, vos cinq sens seront mis en émoi, picturalement s'entend, avec un incise vers l'Italie, la montagne, la nuit et l'Orient.

 

 

José Frappa [Joseph Frappa, dit] (Saint-Etienne, 1854 - 1904 Paris), Phryné, 1903. Huile sur toile, 92 x 131 cm.. Paris, musée d'Orsay, dépôt à l'Assemblée Nationale, Paris © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse de l'exposition Tentations. L'appel des sens (1830-1914), musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche-sur-Saône 

En apéritif, en amuse-bouche, "le grand genre" réunissant les sujets mythologique, historique ou biblique dans une approche de synesthésie, la couleur évoquant un sentiment. D'où cette représentation d'Orphée aux enfers de Firmin-Girard (1838-1921), à l'instant où il arrive à émouvoir les puissances infernales dans cette transgression de donner la vie à la morte Eurydice. Victor Orsel (1795-1850) dans une transition entre le néo-classicisme et les nazaréens germaniques, dans une tentation entre Le Bien et le Mal, compartimente le sujet dans sa tentation manichéenne des deux penchants, alors que la concupiscence des regardeurs aux sens réveillés atteint le ridicule chez les Athéniens buvant des yeux Phryné, l'hétaïre dévoilant son corps laiteux sous le pinceau de José Frappa. Qu'en pensent nos députés de la Chambre chez lesquels cette toile kitchissime est en dépôt ? La réflexion sera plus profonde devant le triptyque de la Tentation primordiale de Lumière, Ombre, Ténèbres d'Auguste Morisot (1857-1951). 

 

 

Charles Jules Nestor Bavoux (Villiers-le-Lac, Doubs, 1824 - 1887 Besançon), Attributs de cuisine, 1858. Huile sur toile, 171 x 131 cm.. Musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche-sur-Saône © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse de l'exposition Tentations. L'appel des sens (1830-1914), musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche-sur-Saône 

Place maintenant aux cinq sens, celui du Goût en premier, si propice aux natures mortes de Raisins ou de Cerises chez Simon Saint-Jean (1808-1860), à la débauche de fruits et de légumes des Attributs de cuisine chez Bavoux que contrebalance la retenue d'Antoine Vollon (1833-1900) et de ses Œufs. Revers de la médaille excessive de la consommation, celui de La Gourmandise allégoriquement retranscrite par un enfant nu, repu et allongé dans un plateau en argent chez Lobrichon (1831-1914). L'Ouïe, c'est la musique, l'entourage intimiste et si proustien de mélomanes parisiens autour du chansonnier Gibert selon Pierre-Georges Jeanniot (1848-1934) face à La Fanfare de Bois-le-Roi d'Antoine-Jean Bail (1830-1918) si IIIème République. La Vue c'est Le regard du personnage semblant dépourvu d'yeux, dans une résonance méditative chez Odilon Redon (1840-1916), naturellement l'indiscrétion d'un regard observant une Jeune femme nue se coiffant dans son intérieur pour Jean-André Rixens (1846-1925) jusqu'à atteindre la trivialité amusante de Madame reçoit de Rémy Cogghe, celle de deux domestiques observant par le trou de la serrure et écoutant à la porte. Deux sens réunis en un même tableau. Le Toucher renvoie vers la Tendresse enfantine de François Guiguet ou vers la mère serrant contre elle son enfant chez Eugène Carrière jusqu'à Gaston La Touche (1854-1913) dont Jalousie ou Le Singe évoque le jeu érotique entre l'amant et le singe ôtant de concert le déshabillé de la dame. L'Odorat est tout en douceur avec La jardinière de Simon Saint-Jean (1808-1860) une magistrale représentation d'une pièce montée de fleurs ou Allégorie du Printemps selon Louise Abbema (1853-1927).

 

 

Carolus-Durand [Charles Émile Auguste Durand, dit] (Lille 1837 - 1917 Paris), L'Espagnole, 1870. Huile sur toile, 60,6 x 50 cm.. Musée des Beaux-Arts de Valenciennes. Photo © RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda

Second volet de tous ces sens mis en émoi, les corps féminins dans une iconographie empreinte de sensualité et de volupté propre aux plus viles tentations sous la caresse du pinceau pour le dévoilement des dames selon Ernest Hébert ou Albert Fourié. Comme les belles espagnoles, au sang chaud... naturellement, la femme au sein conquérant ne peut qu'être canaille pour Henri Régnault (1843-1871) ou obligatoirement tentatrice en 1870 chez Carolus-Duran (1837-1917) dans le jeu de la symbolique de l'éventail fermé (m'aimes-tu ?) ou ouvert (tu as gagné mon amour), toile peinte cinq années avant "qu'un œil noir te regarde et que l'amour, l'amour, l'amour t'attend ! ". Carmen arrivait.

 

 

 

Paul-Louis Bouchard (Paris, 1853 - 1937, Paris), Les Almées, vers 1893. Huile sur toile, 161 x 133 cm.. Paris, musée d'Orsay, don André Bouchard, 1961. Photo © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay / Hervé Lewandowski

Dans une plus large acceptation de la tentation entendue telle une aspiration au voyage qu'il soit vécu ou rêvé, que ceci soit la convocation de l'Italie, du Sublime, de la nuit ou de l'Orient, une troisième section s'accroche à cette exposition. Pourquoi pas ! Pour avoir le plaisir de quelques œuvres intéressantes, oui.... telles un Crépuscule, effet de lune de Carpeaux, un Paysage de montagne de Gustave Doré ou la parfaite caricature réussie d'un Orient fantasmé et totalement assumé des Almées, vers 1893, selon Paul-Louis Bouchard. De quoi encore mettre en transes quelque salon bourgeois devant cette sensualité nullement débridée.

Gilles Kraemer

Tentations. L'appel des sens (1830-1914)

16 octobre 2016 - 12 février 2017

Musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche-sur-Saône

2 place Faubert - 69400 Villefranche-sur-Saône

Internet musee-paul-dini.com/

Facebook Musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche/Saône

Commissariat : Sylvie Carlier, directrice du musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche-sur-Saône, Damien Chantrenne, directeur du musée d’art et d’histoire de Dreux & Dominique Lobstein

Catalogue. Tentations. L’appel des sens (1830-1914). 144 pages, 100 illustrations. Éditions Musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche-sur-Saône, octobre 2016.  Prix 28 euros. Notices techniques des œuvres, répertoire bibliographique, index.

Ne pas oublier la seconde exposition Entre figuration et abstraction à quelques mètres, dans l'espace Conti - ex-usine de confection textile - consacré à l'art contemporain, inauguré en octobre 2005. En 2016, le Musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche-sur-Saône, fête les quinze ans de sa réouverture. Cet établissement s'installe en 1893 dans ce qui fut une halle aux grains. Depuis juin 2001, suite à la donation en 1999 de 407 œuvres à la ville par les collectionneurs Muguette et Paul Dini, augmentée depuis par d'autres donations (670 tableaux offerts par ce couple, dans les focus d'artistes concernés par la région Rhône-Alpes, sur une période de 150 ans et concernant tous les genres picturaux), l'espace est rénové et le musée réouvert. Prochaine exposition Lune et l'astre, du 18 mars au 17 septembre 2017.

Carole Benzaken, Marc Desgrandchamps, Philippe Favier, Bernard Piffaretti, Jean-Marc Scanreigh, Djamel Tatah, Jacques Truphémus figurent dans les donations Muguette & Paul Dini.

 

Laisser parler vos sens ! Inutile de résister aux tentations de... la peinture !
Laisser parler vos sens ! Inutile de résister aux tentations de... la peinture !
Laisser parler vos sens ! Inutile de résister aux tentations de... la peinture !
Laisser parler vos sens ! Inutile de résister aux tentations de... la peinture !
Laisser parler vos sens ! Inutile de résister aux tentations de... la peinture !
Laisser parler vos sens ! Inutile de résister aux tentations de... la peinture !
Laisser parler vos sens ! Inutile de résister aux tentations de... la peinture !
Laisser parler vos sens ! Inutile de résister aux tentations de... la peinture !

Exposition Tentations. L'appel des sens (1830-1914), musée Paul-Dini, musée municipal de Villefrnche-sur-Saône © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse de l'exposition Tentations. L'appel des sens (1830-1914), musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche-sur-Saône 

Tag(s) : #Expositions France, #Musées