Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Romain Bernini. Un voyage en Terra Incognita
Romain Bernini. Vâhana II. 2016. Tableaux assemblés. Huile sur toile. 200 x 160 cm.. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016

Le Nouveau monde de Romain Bernini ? La couleur, la couleur, les couleurs. Tel Christophe Colomb l'inventeur de l'inconnu des terres de l'Ouest, des verts des forêts et d'une nouvelle lumière, Romain Bernini (né en 1979) voyage dans des contrées nouvelles. Des pays lointains aux cieux zébrés des vols des arcs-en-ciel des perroquets, oiseau si emblématique de l'exotisme, "symbole aussi de la vanité, de la loghorrée et des discours répétés" rappelle-t-il en évoquant ceux-ci. ''Cette vanité volante n'est pas un sujet, je la considère comme une gamme, une gamme de couleurs".

Romain Bernini. Un voyage en Terra Incognita
Romain Bernini. Détail de Waiting Period. 2016. Huile sur toile. 150 x 150 cm.. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016

"Voyage mais voyage immobile, autour de mon atelier, voyage fantasmé à partir de ce lieu" souligne-t-il "fantasme d'un ailleurs, celui du monde de la couleur, comme d'une façon instinctive". Certains verront même des phénomènes hallucinatoires dans cette abstraction/figuration de ses toiles sur une autre toile, cette superposition, ce "tableau assemblé", cette figure de l'oiseau multicolore qui se déplace sur l'abstraction [grâce à des aimants]. Ou tout simplement de la magie, puisque titré Vâhana, ce "tableau assemblé" évoque par son nom le véhicule des divinités indiennes. Pour une fois qu'abstraction se réconcilie avec figuration ! Tout simplement magique. Dans ce monde d'un ailleurs, la figure noire de Rejoicing in the hands nous propulse vers le chamade, l'étrange de cette personne entre le fantasme et le rituel.

Romain Bernini. Un voyage en Terra Incognita
Carton d'invitation de l'exposition Romain Bernini chez Suzanne Tarasiève, Paris. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris. Septembre 2016

L'inconnu, l'inconnu de la peinture et de l'acte de peindre, c'est ce qu'explicite le carton de l'exposition d'une vingtaine de pièces : New Ecstatic Island que lui consacre Suzanne Tarasiève. Qui voit-on ? Le peintre dans son atelier. Debout. Non devant l'ébauche ou une toile achevée mais dos au mur de son atelier, blanc et maculé de peintures, avec une prédominance du vert et du violet - ce violet si cher à Sigmar Polke -. Romain Bernini, nullement dans son vêtement de travail tâché de peintures, les mains dans les poches, le visage peint de rouge et de bleu, des branches séchées dans les cheveux. Il nous regarde et, cette invitation est celle de l'artiste qui travaille, qui invente et orchestre la peinture. Tel un clin d'œil, il nous invite à venir voir son travail, à nous embarquer avec lui en Terra incognita, vers sa nouvelle île. Celle des couleurs.

                                                                                                                        Gilles Kraemer

 

 

 

 

 

Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016
Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016
Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016
Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016
Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016
Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016

Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016

Romain Bernini. New Ecstatic Island

10 septembre - 8 octobre 2016

Galerie Suzanne Tarasiève

7, rue Patourelle - 75003 Paris

Catalogue. Texte d'Alain Berland. Design graphique de Jérôme Saint-Loubert Bié. Photographies de Rebecca Fanuele et Romain Bernini. 56 pages. 20 €

suzanne-tarasieve.com/

.

Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016
Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016
Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016
Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016

Romain Bernini. Remerciements à l'artiste et à la galerie Suzanne Tarasiève, Paris © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Paris, 10 septembre 2016

Tag(s) : #Expositions Paris, #Entretien à 210 km-h