Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Léon Bonnat. Porte au Caire. 1868. Huile sur toile, 33 x 25 cm.. Musée Bonnat-Helleu, Bayonne. Don de la Société des Amis du Musée Bonnat-Helleu 2016 © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Bayonne, 4 juillet 2016

La Société des Amis du Musée Bonnat-Helleu (SAMBH) a été fondée en 2011. Sa première assemblée générale s'est tenue à Bayonne le 28 juin 2012. Très active, cette association, présidée par Guy de Lasteyrie, a offert deux tableaux au musée Bonnat-Helleu de Bayonne qui ont été présentés à ses adhérents le 4 juillet 2016 lors de son assemblée générale.

La réouverture du musée Bonnat-Helleu, fermé depuis avril 2011, est prévue fin 2019. À l'issue d’un concours concernant le projet de rénovation et d'extension du musée, c'est le projet de l'agence d'architecture Brochet Lajus Pueyo qui a été désigné. Le conseil municipal du 7 juin 2016 a attribué le marché de maîtrise d’œuvre à cette agence créée en 1986, à Bordeaux, par Olivier Brochet, Emmanuel Lajus et Christine Pueyo. On lui doit la rénovation du musée de l'Orangerie en 2006 et du musée de l'Homme en 2015 à Paris, du musée Fabre à Montpellier en 2007 et du Mémorial de Verdun en 2016. 

La SAMBH a pu faire l'acquisition, en 2015 et 2016, de deux tableaux de Léon Bonnat (Bayonne, 1833 - Monchy-Saint-Éloi, 1922). Le premier en vente publique, le 25 mars 2015 (1 800 € hors frais). L’œuvre est une esquisse pour le Bon Samaritain, important tableau de jeunesse de l’artiste (conservé à Bayonne au musée Bonnat-Helleu, inv. 549 ; dépôt de l’État, inv. FNAC PFH 3309) peint lors de son séjour à Rome. Candidat au concours du Prix de Rome, où il n'obtient, après les échecs de 1854 et 1855, qu'un deuxième second grand prix en 1857, il part grâce au soutien de sa ville natale pour Rome,où il séjournera de 1858 à 1861. L’étude, rapidement brossée, constitue un important témoignage sur la genèse de cette peinture ambitieuse à laquelle le peintre travailla de nombreux mois. Elle complète judicieusement les collections bayonnaises et permet de présenter deux étapes du travail de l’artiste pour l’élaboration d’une composition qui constitua un jalon important dans la carrière du maître et lui permit d’obtenir une mention honorable au Salon de 1859. 

Léon Bonnat. Le Bon Samaritain. Vers 1858. Huile sur toile, 37 x 46 cm.. Musée Bonnat-Helleu, Bayonne. Don de la Société des Amis du Musée Bonnat-Helleu 2015 © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Bayonne, 4 juillet 2016

Le 17 avril 2016, la société a acheté, en vente publique à Fontainebleau, Porte au Caire ( 2 500 € frais compris). Léon Bonnat séjourna en Orient, en compagnie d’un groupe d’artistes - Edmond About, Albert Goupil, Paul-Marie Lenoir, Jean-Richard Goubie, Ernest Journault, Willem de Famars Testas - réunis par Jean-Léon Gérôme en 1868. Le périple mena les voyageurs en Égypte, en Palestine et en Turquie. Bonnat en aurait ramené, si l’on en croit différents témoignages, dont l’ouvrage d’Achille Fouquier, L. Bonnat : première partie de sa vie et de ses œuvres (1879), 72 esquisses à l’huile ainsi que de nombreux accessoires, dont nous ne connaissons quasiment plus rien aujourd’hui. L’équipée se trouva au Caire entre le 16 janvier et le 20 février 1868, ce qui permet de dater précisément la réalisation du tableau, localisé par l’artiste en haut à droite.

La toile complète la collection du musée Bonnat-Helleu, qui abrite un fonds de tableaux à sujet orientaliste, essentiellement composé de paysages et d’une étude animalière : Oued encaissé (huile sur bois), Étude de rochers (huile sur toile), Paysage de rochers à Pétra (huile sur toile), Massif de rochers avec échappée de ciel (huile sur toile), Un Couvent au désert (huile sur toile), Le Mont des Oliviers (huile sur toile), Dromadaire accroupi (huile sur toile) ainsi que des esquisses comme les Cheiks arabes à cheval (huile sur toile) ou Un Turco (huile sur bois), un seul grand format, Une Femme fellah et son enfant (huile sur toile) dont une autre version (Salon de 1870, n° 298) est conservée aux États-Unis au Metropolitan Museum of Art de New York. En 1882, l’artiste semble avoir totalement abandonné la veine orientalisante, au profit du portrait, qui devait assurer son succès et sa fortune.

Léon Bonnat. Autoportrait à l'âge de 17 ans, 1850, huile sur toile, inv. 564. Photographie Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero 

Léon Bonnat. Portrait de madame Bischoffsheim, 1877, huile sur toile, inv. 587. Photographie Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero 

Le 12 décembre 2015 à INHA (Paris), Guy Saigne a soutenu sa thèse de doctorat de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) : Léon Bonnat (1833-1922) portraitiste. Catalogue raisonné des portraits peints, dessinés et gravés sous la direction du professeur Barthelémy Jobert. Le jury était composé de mesdames Sophie Harent, conservateur en chef et directeur du musée Bonnat-Helleu, Christine Peltre, professeur en histoire de l'art contemporain à l'Université de Strasbourg, Chang Ming Peng, professeur en histoire de l'art contemporain à l'Université de Lille 3, et de messieurs Philippe Boutry, professeur d'histoire contemporaine et président de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Barthélémy Jobert, professeur d'histoire de l'art et président de l'Université Paris-Sorbonne.

Guy Saigne a brillamment soutenu ce travail qui lui a valu la mention très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité, la plus haute récompense que puisse décerner l'université. "Léon Bonnat (1833-1922) reçoit sa formation artistique en Espagne, puis dans l’atelier parisien du peintre Léon Cogniet, enfin à Rome. Ses premières grandes compositions religieuses lui apportent très tôt le succès, la renommée, les commandes de l’État, et ses scènes de genre italiennes ou orientalistes sont achetées par la clientèle privée. Vers le milieu des années 1870, il se tourne définitivement vers la peinture de portrait dans laquelle il remporte un immense succès faisant de lui, selon ses contemporains, l’un des plus grands portraitistes de son époque. Il peint les portraits des représentants de la classe dirigeante et fortunée française ou étrangère, en particulier américaine, jusqu’à la Première Guerre mondiale. Il pratique ce genre jusqu’à la fin de ses jours, laissant derrière lui, au-delà des portraits d’amis artistes ou de membres de sa famille, une exceptionnelle « galerie » des personnalités du moment, aristocrates, hommes politiques, grands bourgeois français et étrangers, dont quelques œuvres « iconiques » qui marquent la mémoire collective."

Guy Saigne, l'un des membres fondateurs de la SAMBH, est vice-président de cette société.

Gilles Kraemer (déplacement à Bayonne à titre strictement personnel) 

L'auteur de cet article est membre du conseil d'administration de la Société des Amis du Musée Bonnat-Helleu depuis juin 2012.

SAMBHamis-musee-bonnat-helleu.org/la-societe/fonctionnement/

Musée Bonnat-Helleuwebmuseo.com/ws/musee-bonnat-helleu

 Léon Bonnat et de la thèse de Guy Saignesaigne.com/

 

 

Musée Bonnat-Helleu, Bayonne © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, Bayonne, 4 juillet 2016
Tag(s) : #Musées, #Patrimoine, #Marché de l'art, #Brèves, #Livres