Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Split the Lark and you'll find the Music. Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla fendent l'alouette à Royaumont.
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the Lark (2016), œuvre in situ. Royaumont abbaye & fondation © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016

Split the Lark and you'll find the Music - Fends l'Alouette-tu trouveras la Musique. Poème de l'américaine Emily Dickinson (1864). La restauration et la valorisation de la Fondation Royaumont est l'occasion de l'intrusion de l'art dans cette abbaye fondée sous Louis IX. Aujourd'hui ce lieu de transmission, d'incubation du savoir pour la musique et la danse, y accueille l'art contemporain, pour la première fois. L'y voici, en totale cohérence avec ce lieu connu aussi pour la richesse de sa bibliothèque musicale .

Invités dans ce lieu magique par Francis Maréchal, directeur général de cette fondation du nord de la région parisienne, dans un projet coordonné par sa fille Laurène, les deux artistes Jennifer Allora (née en 1974 à Philadelphie) & Guillermo Calzadilla (né en 1971 à La Havane) " ont été éblouis par cette ruine vivante, cette sublime ruine qui n'en n'est pas une, ce lieu où co-existent savoirs, connaissances, expériences, couches de vécus de personnes inspirées passées ici et y ayant laissé leurs traces. Un lieu d'exaltation qui communique avec nous tous. Un lieu qui inspire, complètement ouvert " comme nous le souligne Chantal Crousel, leur galeriste, soutien généreux de leur présence à Royaumont. 

Mission totalement réussie, ici, pour ce duo qui représenta les États-Unis à la Biennale des arts de Venise en 2011 avec Gloria. Je n'avais pas été très convaincu lors de cette 54ème manifestation par les fauteuils classe affaire d'un avion, la statue de la Liberté s'auto-bronzant et le bel athlète courant sur un char renversé à l'extérieur.

Split the Lark and you'll find the Music. Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla fendent l'alouette à Royaumont.
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the Lark (2016), œuvre in situ, Abbaye et fondation Royaumont © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016

Leur réponse ? Une approche conceptuelle nimbée de poésie. Entés sur la bâche de l'échafaudage du bâtiment central de cette abbaye, le bâtiment des moines - en quatre mètres de haut - les trois premiers mots du poème d'Emily : Split the Lark, dans une typographie faite de "slashs" argent. Ces signes de ponctuation, également des signaux d'improvisation dans une partition musicale, sont autant de représentations de la fragmentation du corps démembré de l'alouette, dans la tentative utopique de percer le mystère de son chant en ouvrant son corps. Cherche-t-on à savoir d'où vient la capacité d'un humain à s'exprimer en l'opérant ? Pourquoi toujours savoir, connaître plus, ne pas se contenter de ce que l'on a. La part du mystère est toujours belle.

Split the Lark and you'll find the Music. Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla fendent l'alouette à Royaumont.
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Raptor's Rapture (2012). Vidéo haute définition, 23 min 33 s. Abbaye et fondation Royaumont © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016
Split the Lark and you'll find the Music. Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla fendent l'alouette à Royaumont.
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Apotomē (2013). Film super 16 mm transféré en HD, son, 23 min 05 s. Abbaye et fondation Royaumont © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016
Split the Lark and you'll find the Music. Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla fendent l'alouette à Royaumont.
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. 3 (2013). Film super 16 mm transféré en HD, son, 18 min 13 s. Abbaye et fondation Royaumont © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016

Trois œuvres vidéos et une sonore de ce binôme d'artistes reprennent la musique et le son comme élément conciliateur entre le monde des humains et le monde naturel, dans un questionnement de notre rapport avec la musique, dans notre temps où la parole est un élément de communication. Raptor's Rapture (2012) explore les liens entre vivant et mort par l'intermédiaire de la musique jouée, enfin tentée d'être jouée sur une flûte préhistorique de plus de 35 000 années taillée dans un os de vautour. L'auditeur : un vautour griffon vivant, son descendant très lointain ! Apotomē (2013) réinterprète un concert donné pour deux éléphants du Jardin des plantes pendant la Révolution française; il est mis en chant par un homme à la tessiture basse réputé avoir la voix la plus grave du monde, filmé recherchant les squelettes de ces éléphants dans les réserves du Museum national d'histoire naturel de Paris. Dans la sacristie, 3 (2013), une violoncelliste retranscrit musicalement les proportions que lui inspire la Vénus de Lespugue, sculpture emblématique du paléolithique.

L'écoute d'Interludes (2014), œuvre sonore à peine perceptible dans la cuisine des moines - attention, prêtez attentivement l'oreille -, composée de chants respiratoires de chanteurs, clôt ce parcours de rêverie, dans ce lieu inspiré et inspirateur, vibrant de la présence diffuse des cisterciens qui y habitèrent.

                                                                                                            Gilles Kraemer

Split the Lark. Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla

Abbaye et fondation Royaumont (à 30 km au nord de Paris)

Val d'Oise

2 avril - 10 juin 2016

http://www.royaumont.com

Samedi 21 mai 2016. Performance Lifespan (2014) de Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla en collaboration avec l'ensemble Dedalus dirigé par Didier Aschour. Rencontre et discussion avec Jennifer Allora et Patricia Falguières, professeur à l'EHESS.

Bénéficiant du label Jardin remarquable, la Fondation inaugure début juillet 2016 une nouvelle collection de plantes pour son jardin des 9 carrés d'inspiration médiévale : Entre Orient et Occident, le voyage des plantes au Moyen Âge.

 

 

Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the lark (2016)  &  Raptor's Rapture (2012)  &  Apotomē (2013)  &  3 (2013). Abbaye et fondation Royaumont © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the lark (2016)  &  Raptor's Rapture (2012)  &  Apotomē (2013)  &  3 (2013). Abbaye et fondation Royaumont © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the lark (2016)  &  Raptor's Rapture (2012)  &  Apotomē (2013)  &  3 (2013). Abbaye et fondation Royaumont © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the lark (2016)  &  Raptor's Rapture (2012)  &  Apotomē (2013)  &  3 (2013). Abbaye et fondation Royaumont © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the lark (2016)  &  Raptor's Rapture (2012)  &  Apotomē (2013)  &  3 (2013). Abbaye et fondation Royaumont © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the lark (2016)  &  Raptor's Rapture (2012)  &  Apotomē (2013)  &  3 (2013). Abbaye et fondation Royaumont © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the lark (2016)  &  Raptor's Rapture (2012)  &  Apotomē (2013)  &  3 (2013). Abbaye et fondation Royaumont © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the lark (2016)  &  Raptor's Rapture (2012)  &  Apotomē (2013)  &  3 (2013). Abbaye et fondation Royaumont © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016

Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. Split the lark (2016) & Raptor's Rapture (2012) & Apotomē (2013) & 3 (2013). Abbaye et fondation Royaumont © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 2 avril 2016

Tag(s) : #Expositions Paris