Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pierre Ardouvin plante son décor au MAC VAL.
Pierre Ardouvin © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL, Vitry-sur-Seine

Ça y est ! C'est bon ! Tout est O.K.. Pierre Ardouvin a planté le décor de ses rêves au MAC VAL. Bravo, Écho, double Tango, India, November, Alpha, son immense planeur Bettina (2016) s'est posé parmi la trentaine de ses œuvres, existantes ou spécialement créées pour ce parcours fascinant, ordonnancé joyeusement par Alexia Fabre et Frank Lamy. Sous le regard amusé de Pierre Ardouvin (né en 1955), dans cet itinéraire scénographique très fort qu'il souhaita, dans cette mise en lumière magique de Serge Darmon. Cet artiste avait "besoin d'une pause, d'une nuit silencieuse, d'une vision nocture, que l'on soit dans une nuit avec ce scintillement argent sur les murs et au sol, cette irréalité", ajoutant "avec une envie d'une image nocturne, d'une rêverie et, qu'à travers cette vision nocturne le visiteur soit dans une irréalité." Les ampoules colorées de Bonne nuit les petits (2008) et les flashs d'Éclair (2007), Petit feu (2) (2006) tel un brasero et Suspens (2006) sont autant de points lumineux dans ce dialogue-passage de l'obscurité vers ce qui est éclairé, "dans une démarche de déstabilisation. J'espère que ceci va marcher. Que l'on va se perdre" conclue-t-il.  

Pierre Ardouvin plante son décor au MAC VAL.
Exposition Pierre Ardouvin Tout est affaire de décor vue depuis Au théâtre ce soir, 2006. Matériaux mixtes, 305 x 525 x 555 cm © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL, Vitry-sur-Seine

Attention, comme le souligne Frank Lamy, "ces œuvres sont ouvertes, des tremplins à fiction, des embrayeurs narratifs. L'on est face à des déflagrations poétiques et plastiques qui font leur travail, soit immédiatement soit a posteriori". Le titre de l'exposition : Tout est affaire de décor, allusion au poème d'Aragon mis en musique par Léo Ferré, nous propulse vers l'interrogation autour de la fiction, de la théâtralisation, du réel, du questionnement et de la mise en spectacle. En partant du constat que "l'observation est un état dans lequel Pierre Ardouvin est perpétuellement dans son travail même s'il est dans un état de distance et de poésie. Son regard se pose sur l'état du monde, la culture, la vie, les autres" rajoute Alexia Fabre, conservateur en chef du MAC VAL.

Place au théâtre de Pierre Ardouvin qui a planté, dans le parcours ouvert de son exposition, le décor au sens littéral du terme : Au théâtre ce soir (2006). Cette référence à l'émission culte des années 1960 - 1980, ce théâtre-installation imaginé pour Art Statement-Art Basel, transformait cette foire, Incontournable dans le périple addictif de l'art contemporain, en un spectacle vu depuis l'intérieur de ce théâtre, les spectateurs assis devenant eux-même des objets dans l'œuvre. Situation paradoxale pour les visiteurs conviés à en faire l'expérience ! Et que vous pouvez refaire dans ce musée d'art contemporain du Val-de-Marne qui ouvrit en novembre 2005, avec l'exposition Jacques Monory.

Vues de l'exposition Tout est affaire de décor. Exposition Pierre Ardouvin © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL Vitry-sur-Seine
Vues de l'exposition Tout est affaire de décor. Exposition Pierre Ardouvin © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL Vitry-sur-Seine
Vues de l'exposition Tout est affaire de décor. Exposition Pierre Ardouvin © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL Vitry-sur-Seine
Vues de l'exposition Tout est affaire de décor. Exposition Pierre Ardouvin © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL Vitry-sur-Seine
Vues de l'exposition Tout est affaire de décor. Exposition Pierre Ardouvin © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL Vitry-sur-Seine
Vues de l'exposition Tout est affaire de décor. Exposition Pierre Ardouvin © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL Vitry-sur-Seine
Vues de l'exposition Tout est affaire de décor. Exposition Pierre Ardouvin © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL Vitry-sur-Seine

Vues de l'exposition Tout est affaire de décor. Exposition Pierre Ardouvin © photographies Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL Vitry-sur-Seine

Pierre Ardouvin plante son décor au MAC VAL.
Pierre Ardouvin, La maison jaune, 2016, de la série Écran de veille. Impression sur toile, résine, paillettes, cadre. 234 x 176 cm. Production MAC VAL - Musée d'art contemporain du Val-de-Marne © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL, Vitry-sur-Seine 
Pierre Ardouvin plante son décor au MAC VAL.
Pierre Ardouvin, La vision, 2016, de la série Écran de veille. Impression sur toile, résine, paillettes, cadre. 234 x 176 cm. Production MAC VAL - Musée d'art contemporain du Val-de-Marne © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL, Vitry-sur-Seine

C'est dans ce théâtre de la vie qu'il souhaite nous emmener, celui de notre présence dans l'histoire. Les trois mobiles au-dessus de nous Perpetuum mobile 1, 2, 3 (2016) par leur titre sont un retour sur les choses perpétuelles. La série des cinq Écrans de veille (2016) sont des images retravaillées et agrandies de cartes postales, des images juxtaposées et fusionnant, comme un écoulement l'une dans l'autre, référence à ce que génèrent automatiquement les ordinateurs lorsqu'ils se mettent en veille, référence au surréalisme et au fonctionnement de l'écriture automatique tel que le définissait Robert Desnos lorsqu'il parlait de l'état de veille dans ce moment où la conscience et l'inconscience se côtoient dans des fusions d'images, référence aussi, comme insiste Pierre Ardouvin à "la vigilance de la veille technologique ou militaire". Le Planeur (2016) appartient à sa mémoire personnnelle - il est natif de la Drôme - son nom Bettina renvoie au nom de code donné à l'offensive allemande contre le maquis du Vercors en 1944.

Pierre Ardouvin plante son décor au MAC VAL.
Pierre Ardouvin, La Tempête, 2011. Arbre, terre, fauteuil. 500 x 350 x 270. Production CCC OD Tours © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL, Vitry-sur-Seine. Remerciements à Pierre Ardouvin et à A.-F. F pour leurs ombres

"Une polyphonie des références et des situations" comme Frank Lamy dénomme sa démarche. La tempête (2011), arbre couché sur un fauteuil, évoque la tempête du 26 décembre 1999 ou celle de Shaekespeare. Ces œuvres, ouvertes, sont autant d'éléments posés par Pierre Ardouvin. Entrons-y, avec ce que l'on sait ou ce que l'on veut bien savoir ou voir. À nous de découvrir comme il se plait à dire. "J'aime l'idée que les gens s'approprient les choses et se créent leur propre histoire à partir de ce qu'ils voient. Une œuvre, peut-on l'expliquer ? On peut expliquer une démarche. Face à une œuvre, je crois que ce qui est important c'est le regard du regardeur. Une démarche Duchamp ".

Pierre Ardouvin plante son décor au MAC VAL.
Pierre Ardouvin, Les quatre saisons, 2010. Plateau tournant, canapés, guirlandes de fanions multicolores. Hauteur : 235 cm, diamètre : 386 cm. Bande son : Les quatre saisons d'Antonio Vivaldi, par Louis Kaufman, Henry Swoboda, orchestre à cordes Musical Masterpiece (1947) © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL, Vitry-sur-Seine. Regardez attentivement, vous reconnaîtrez, de dos, l'artiste assis dans un canapé.

Dans cette obscurité mouvante dans laquelle il a disposé toutes ses pièces, pas un bruit, si ce n'est celui de Ruisseau (2008), cette eau qui coule. Pour entendre les bruits du quotidien regardez dans le hall Les quatre saisons (2010), quatre canapés, ceux d'une salle d'attente disposés sur une plate-forme tournant sur la musique obsédante et usante de Vivaldi, le poncif incontournable de la musique d'attente du téléphone. Allez, tournez manège, il est même possible de s'asseoir sur les canapés.

Et bon envol avec le commandant Pierre Ardouvin. N'hésitez pas à le suivre dans ses cieux poétiques. De beaux voyages en perspective.

Gilles Kraemer

Exposition Pierre Ardouvin. Tout est affaire de décor

16 avril - 4 septembre 2016

MAC VAL Musée d’art contemporain du Val-de-Marne

Place de la Libération

94400 Vitry-sur-Seine

http://www.macval.fr/francais/

Commissariat : Alexia Fabre et Frank Lamy

Catalogue.  Textes de Bruce Bégout, Xavier Boissel, François Bon, Sophie Divry, Célia Houdart, Lorent Idir, Hélèna Villovitch, Alexia Fabre, Frank Lamy. 230 pages. 29 photographies in situ de l'expostion. 21 euros. 

Exposition Kyungwoo Chun, artiste en résidence. The Most Beautiful Weight

16 avril - 4 septembre 2016

Dans le cadre de son programme de résidence et de l'Année France-Corée 2015-2016, accueilli trois mois en résidence en 2015-2016, cet artiste coréen présente dans cette exposition un double projet mené sur le territoire du Val-de-Marne : The Weight et Most Beautiful.

 

 

Pierre Ardouvin plante son décor au MAC VAL.
Vue de l'exposition Tout est affaire de décor. Exposition Pierre Ardouvin © photographie Le Curieux des arts Gilles Kraemer, visite presse, 13 avril 2016, MAC VAL Vitry-sur-Seine
Tag(s) : #Expositions Paris