Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Peter Doig, Night Studio (STUDIOFILM & RACQUET CLUB), 2015. Huile sur toile, 296 x 200 cm. Au fond, Rain in the Port of Spain (White Oak), 2015. Tempera sur toile, 301 x 352 cm. Exposition palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art

Peter Doig. L'on connaît le prix d'adjudication de Swamped (197 x 241 cm), toile de 1990, chez Christie's à New York en mai 2015 : 25,925,000 $, frais inclus. A Venise, vous verrez un Doig d'un format beaucoup plus conséquent : Horse and Rider (2014), beau camaïeu de violet, bleu et noir, exposé à côté d'un grand dessin sur le même thème.

Première exposition en Italie de Peter Doig (1959, Edimbourg). Pas facile à trouver ce palazetto ou petit palais Tito, dans le Dorsoduro, le long du canal où vous repérerez une grande barque vendant à l'année fruits et légumes. Un des charmes de ce quartier peu fréquenté, sur le chemin entre Accademia et Frari.

Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art

Vues de l'exposition Peter Doig, palazetto Tito, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art

Dans cette Venise de la Biennale de l'art jusqu'à la fin novembre, d'un niveau moins percutant qu'en 2013 pour l'exposition générale All the World's Future aux Giardini et à l'Arsenale, l'œuvre de cet artiste est classique, par ses sujets, tirant quelques inspirations de Francisco Goya ou de Giorgio de Chirico. Mais non d'un classicisme figé dans la palette de ces couleurs si reconnaissables, dans cette façon si particulière de donner à l'œuvre cette matité d'un non fini, d'effleurement, d'un posé très doux de l'huile sur la toile ou le papier.

Quinze œuvres de 2013 à 2015, dont six grands formats, totalement inédites, sont présentées dans ce palazetto - aucune fresque aux plafonds -, si intime, comme un chez soi, comme si toutes ces huiles sur papier ou toile étaient dans une collection particulière. Dans cette belle lumière entrant largement par les fenêtres ouvertes sur le canal. L'on retrouve les thèmes de Doig : un pêcheur dans sa barque, un lion, une femme nue, un cavalier, des grandes perspectives.

Exposition Sean Scully, Land Sea au palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Exposition Sean Scully, Land Sea au palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Exposition Sean Scully, Land Sea au palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Exposition Sean Scully, Land Sea au palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Exposition Sean Scully, Land Sea au palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Exposition Sean Scully, Land Sea au palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art

Exposition Sean Scully, Land Sea au palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Antoine Prodhomme, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art

Du figuratif à l'abstraction, il suffit de passer de l'autre côté du Canal' Grande, pour se rendre au palais Falier, si reconnaissable à ses deux balcons, pour découvrir les dernières oeuvres de 2010 à 2014 de l'artiste irlandais Sean Scully (1945, Dublin), exceptée Triptychs (2008), réalisées spécialement pour cette exposition. 

Vues de l'exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art
Vues de l'exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art

Vues de l'exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art

Sa série Doric (2010-2013), huiles sur aluminium ou toile, explore les motifs architecturaux, la série Landline (2014) sur aluminium, larges bandes horizontale de couleurs bleue, verte et grise induit un sens du mouvement. Dans sa démarche, comme il la souligne, ressurgissent " ses souvenirs de Venise, le mouvement de l'eau et son clapotis contre les briques et les pierres de la cité. Quand je suis dans mon atelier au sud de Munich, en Bavière, je prends souvent ma voiture et, en quelques heures, je me retrouve à Venise. Et, avec ces impressions recueillies durant ces voyages, je reviens vers mon atelier. Je rapporte mes souvenirs vénitiens dans les oeuvres que je peins. ".

Comment ne pas y reconnaître et y percevoir toutes les impressions de la peinture vénitienne vue dans les églises, les palais et les musées de la Sérénissime, sur place, en cet endroit où elle fut pensée, créée, exposée, dans l'impalpable luminosité de Venise, dans un jeu entre eau et cieux ? Comment ne pas y ressentir les couleurs de Giovanni Bellini, du Tintoret ou du Titien ?

Dans ces peintures, en rémanence des peintres vénitiens du XVe et XVIe siècle, Danilo Eccher, commissaire de cette exposition y perçoit " un certain sens de l'histoire tout en restant contemporain. Elles créent un équilibre entre la rigidité géométrique et la romantique authenticité de la peinture de paysage .".

Un conseil. Visiter cette exposition lorsque le soleil entre largement. Vous y observerez les jeux de lumière sur les peintures sur aluminium. Incomparable. La peinture vibre et vit.

Gilles Kraemer & Antoine Prodhomme (déplacement à titre personnel à Venise)

À gauche Sean Scully, Doric Ascending, 2012. Huile sur aluminium, 279,5 x 406,5 cm. À droite Sean Scully, Slope, 2014. Huile sur aluminium, 279,5 x 542 cm. Exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'ArtÀ gauche Sean Scully, Doric Ascending, 2012. Huile sur aluminium, 279,5 x 406,5 cm. À droite Sean Scully, Slope, 2014. Huile sur aluminium, 279,5 x 542 cm. Exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art

À gauche Sean Scully, Doric Ascending, 2012. Huile sur aluminium, 279,5 x 406,5 cm. À droite Sean Scully, Slope, 2014. Huile sur aluminium, 279,5 x 542 cm. Exposition Sean Scully, Land Sea, palazzo Falier, Venise © Le Curieux des arts Gilles Kraemer, journées presse, mai 2015, Biennale de Venise, 56e exposition Internationale d'Art

Peter Doig

5 mai - 4 octobre 2015

Palazetto Tito, Dordosuro 2828

vaporetto Ca' Rezzonico (se diriger vers la place San Barnaba puis longer le canal)

www.bevilacqualamasa.it

pas de catalogue

 

Sean Scully Land Sea

9 mai - 22 novembre 2015

Palazzo Falier, San Marco 2906

vaporetto Samuele (se diriger vers la gauche en descendant du vaporetto, Falier est loin du Pavillon du Luxembourg situé Ca' del Duca, à visiter obligatoirement pour Paradis Luxembourg, oeuvres de Filip Markiewicz, commissariat de Paul Ardenne)

www.seanscullyvenice.com/

s'il existe un catalogue, nous n'avons pu que consulter.

Arrêt dans un bar à côté du palazetto Tito, pour y boire un spritz, ne surtout pas oublier la grosse olive verte au bout d'une pique, ou un verre de vin blanc © Le Curieux des arts, mai 2015, VeniseArrêt dans un bar à côté du palazetto Tito, pour y boire un spritz, ne surtout pas oublier la grosse olive verte au bout d'une pique, ou un verre de vin blanc © Le Curieux des arts, mai 2015, Venise

Arrêt dans un bar à côté du palazetto Tito, pour y boire un spritz, ne surtout pas oublier la grosse olive verte au bout d'une pique, ou un verre de vin blanc © Le Curieux des arts, mai 2015, Venise

Tag(s) : #Biennales