Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Registry of Promise : The Promise of Moving Things / Centre d'art contemporain d'Ivry – le Crédac

© Le curieux des arts Gilles Kraemer, octobre 2014

Co-produite par des centres d'art en Europe : la Fondazione Giuliani à Rome, le Parc Saint-Léger, centre d'art contemporain de Pougues-les-Eaux, le Crédac d'Ivry-sur-Seine et le SBKM/De Vleeshal à Niddelburg, Pays-Bas, The Registry of Promise est une série de quatre expositions successives, autonomes, mais étroitement liées, tels les chapitres du vaste livre de la réflexion sur l'avenir. Les différentes modes du futur, dans des lectures de l'anticipation, du maintien ou de la rupture de la promesse et du sentiment d'inéluctabilité se confrontent.

Le premier volet du cycle The Registry of Promise fut celui de la Mélancolie et de l'écologie en mai, le second de la temporalité, le dernier le sera pour la Littérature et la prédiction en janvier 2015. Au Crédac (Centre de recherche, d'échange et de diffusion pour l'art contemporain), la troisième étape : The Promise of Moving Things « s'intéresse à la vie présumée des objets dans notre modèle pré-post- apocalyptique actuel, objets au sein desquels réside une promesse » tel que le précise l'écrivain et commissaire de cette exposition, l'étasunien Chris Sharp.

 

The Promise of Moving Things, Centre d'art contemporain d'Ivry – le Crédac © Le curieux des arts Gilles Kraemer, octobre 2014
The Promise of Moving Things, Centre d'art contemporain d'Ivry – le Crédac © Le curieux des arts Gilles Kraemer, octobre 2014
The Promise of Moving Things, Centre d'art contemporain d'Ivry – le Crédac © Le curieux des arts Gilles Kraemer, octobre 2014
The Promise of Moving Things, Centre d'art contemporain d'Ivry – le Crédac © Le curieux des arts Gilles Kraemer, octobre 2014

The Promise of Moving Things, Centre d'art contemporain d'Ivry – le Crédac © Le curieux des arts Gilles Kraemer, octobre 2014

Le déploiement des boules disposées au sol dans le jeté aléatoire de Konstructions des Himmels du viennois Hans Schabus devient une constellation face à The Agreement, Vienna de Mandla Reuter qui nous transpose dans le surnaturel de son armoire en lévitation, comme dans le ciel, dans cette vaste pièce aux immenses baies largement ouverte sur la ville. Je ne vous dirai pas de quelle façon cette armoire flotte - le magicien révèle-t-il le mystère de ses tours ? - ni où se cachent les deux interventions de Michael E. Smith : son Masque de soudeur rencontrant d'une façon incongrue une moteur de scie circulaire et son maillage de Câbles électriques faisant souvenance de vaisseaux sanguins ou de quelques écorchés de Honoré Fragonard (le musée de l’École nationale vétérinaire de Maisons-Alfort n'est pas loin). Si, voici une piste : levez les yeux ou baissez les. Si vous n'avez pas trouvé et que vous n'êtes pas joueur car toutes les pièces de ces six artistes nous guident vers le ludique, alors lisez le feuillet distribué et vous saurez où Michael E. Smith a placé ses deux interventions.

 

The Promise of Moving Things, Centre d'art contemporain d'Ivry – le Crédac © Le curieux des arts Gilles Kraemer, octobre 2014
The Promise of Moving Things, Centre d'art contemporain d'Ivry – le Crédac © Le curieux des arts Gilles Kraemer, octobre 2014

The Promise of Moving Things, Centre d'art contemporain d'Ivry – le Crédac © Le curieux des arts Gilles Kraemer, octobre 2014

La vidéo Auto-scope d'Alexander Gutke sur une pellicule cinématographique se dévidant et se ré-enroulant nous entraîne dans la rêverie de la réincarnation, d'un voyage entre ciel et terre, une boucle d'une minute, même pas le temps de décrypter que tout recommence, si ce n'est qu'il s'agit de l'environnement de l'appareil de projection. A côté d'Antoine Nessi détournant des objets industriels pour re-créer des sculptures avec Unknown Organs, l'installation Treetops, Hillsides & Ditches de Nina Canell joue de la résine de pistachier pour envelopper, telle une peau vivante, des bûches posées verticalement, qu'une simple chiquenaude suffirait à faire choir.

 

Autant de lectures multiples sur le détournement ludique de l'objet.

 

Gilles Kraemer

The promise of moving things

12 septembre – 21 décembre 2014

Centre d'art contemporain d'Ivry - le Crédac

25- 29 rue Raspail – 94220 Ivry-sur-Seine

www.credac.fr

pas de catalogue

Tag(s) : #Expositions Paris