Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tentures de La Dame à la licorne : Le Toucher, Le Goût, L'Odorat © photographie Gilles Kraemer, musée de Cluny -musée national du Moyen Âge, présentation presse, mardi 17 décembre 2013

Tentures de La Dame à la licorne : Le Toucher, Le Goût, L'Odorat © photographie Gilles Kraemer, musée de Cluny -musée national du Moyen Âge, présentation presse, mardi 17 décembre 2013

Paris, musée de Cluny – musée du Moyen Âge. La Dame à la licorne. Les six tapisseries restaurées, présentées dans leur nouvel écrin

Profitant de l'escapade au Japon - à Tokyo et à Osaka, 331 789 fans en 6 mois, quelle précision dans le dossier de presse dans ce décompte ? - de la belle dame accompagnée de sa servante, de sa licorne, de son lion, de son singe, de ses lapins, de ses chiens, de sa pie et de sa perruche, de ses faucons et hérons, sans oublier son miroir, son orgue portatif, ses parfums, ses drapeaux à ses armoiries, son drageoir et quelques douceurs à croquer, ne surtout pas oublier ses bijoux, sa tente et des objets d'une nécessité absolue pour une telle "coquette", le musée de Cluny a décidé de lui offrir le meilleur accueil pour son retour en lui préparant une surprise. Naturellement, avant de partir vers le Japon, La Dame à la licorne a été dépoussiérée, lavée, séchée, a subi quelques restaurations et reçu une nouvelle doublure. Quoi de plus normal lorsque l'on a 500 ans !

Elle retrouve un appartement entièrement rénové. Oubliée la salle ronde présentant les six tapisseries de La dame à la licorne qui lui procurait un léger tournis. Place au nouvel écrin d'une salle carrée, aux murs couleur bleu ardoise contrastant avec les fonds rouges des tapisseries disposées selon une hiérarchie des cinq sens, initiée par Le Toucher, se poursuivant par Le Goût, L'Odorat, L'Ouïe, La Vue et se terminant par l'énigmatique Mon seul désir exposé sur un mur à part. Un léger éclairage, voisin de la lumière du jour, met en valeur le rouge omniprésent du fond mille fleurs, la verdure des arbres, et surtout les six tenues de brocard et de satin de cette coquette au visage diaphane et aux cheveux blonds. La Dame à la licorne est prête à nous accueillir après qu'elle eut attirée l'attention de George Sand venue, en voisine de Nohant, passer quelques jours au château de Boussac dans la Creuse, alors sous-préfecture. L'on mentionne la présence de ces tentures, dès 1814, dans ce château. Ouvert aujourd'hui au public, l'on peut y voir la chambre de la romancière.

Ces tentures furent commandées par la famille lyonnaise Le Viste, tissées vers 1500, peut être à Paris, dans le Nord de la France ou dans les Pays-Bas du Sud, d'après des cartons que l'on attribue au maître miniaturiste dénommé Maître des Très Petites Heures d'Anne de Bretagne, ce qui pourrait expliquer ces bleu et rouge omniprésents dans ces tapisseries comme ces couleurs le sont dans les miniatures. Est-il nécessaire pour contempler cette œuvre si complexe, installée au musée national du Moyen Âge depuis 1882, d'en connaître plus sur cette inconnue si envoûtante surnommée La Joconde du musée de Cluny ? "Le Mystère de la chambre bleue" vient juste de commencer... .

Musée de Cluny - musée national du Moyen Âge

75005 Paris

Tél. 01 53 73 78 16

http://www.musee-moyenage.fr/

le château de Boussac sur www.youtube.com/watch?v=AOuIexJ5nBI‎

.

Tenture de La Dame à la licorne. La Vue, détail © photographie Gilles Kraemer, Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, présentation presse, mardi 17 décembre 2013

Tenture de La Dame à la licorne. La Vue, détail © photographie Gilles Kraemer, Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, présentation presse, mardi 17 décembre 2013

Tag(s) : #Expositions Paris

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :